Réalisation d’une configuration PC haut de gamme pour jouer 4K : ce qu’il faut savoir et mes choix

Cet article est à classer dans la catégorie « gros craquage ». Il présente, assez sérieusement, le cheminement qui m’a amené à me construire un PC sous Windows pour profiter au mieux des derniers jeux en 4K. Vous pourrez découvrir de manière détaillée la bête à la fin de l’article avec notamment un superbe timelapse du montage effectué par Materiel.net. Mais avant cela, commençons par une petite histoire. Attention: âmes sensibles, s’abstenir !

WP_20141120_20_00_56_Pro 
Jouer à Assassin’s Creed Unity en Ultra en 4K de manière fluide? C’est possible!

Mon histoire, ma vision

Je suis un joueur de la 1ère heure. J’ai déjà résumé ma vie vidéo-ludique dans cet article : L’histoire du jeu vidéo à travers mes 30 ans d’expérience de joueur .

De manière super résumée : début sur console via Game & Watch, Atari 2600, NES, SNES, MegaDrive suite sur PC pendant de longues années (de la disquette au CDROM en passant par la 3DFX) avant de revenir sur la console via la PS1, Xbox & Xbox 360/PS3. Ce qui j’aimais dans la console ? Pas de prise de tête, des jeux super fun plug & play, la possibilité de jouer à plusieurs sur la même machine (ah Mario Kart !) et parfois même des architectures légèrement en avance et optimisée face au monde du PC pour pas cher. Ce qui me soulait sur PC ? Les mises à jour systématiques logicielles et matérielles, le manque d’optimisation, l’absence de certains types de jeu et le prix.

Oui mais voilà. Du côté de l’architecture matérielle comme de l’expérience globale, la frontière entre PC et console est désormais quasi-inexistante. Xbox One ou PS4 ne sont ni plus ni moins qu’une architecture PC bas de gamme et les mises à jour logicielles sont nombreuses, OS comme sur les jeux. Je n’ai pas été épaté non plus par le gap technologique entre la génération précédente et celle-ci. A part de rares exceptions comme un Forza, il n’y a aucun jeu ne tenant du 1080p en 60 fps que ce soit sur l’une ou l’autre des plateformes. Les légères différences théoriques de puissance et les débats sans fin dans les forums me font rire. En tant que développeur, sur le moteur 3D WebGL babylon.js, je suis toujours effaré par la stupidité des commentaires de la part de personnes n’y connaissant manifestement parfaitement rien à la 3D, au développement et aux architectures matérielles. Xbox One/PS4, même prix, même architecture, même combat. Les différences se font uniquement du côté de l’OS et des fonctionnalités qu’il propose, des services associés (Xbox Live/PSN, Kinect) ainsi que bien entendu (et surtout !) des exclusivités de jeux de chaque côté. Pas au niveau matériel, soyons sérieux. Les experts le savent, les autres ne sont que des fan-boys. Le choix de l’une ou l’autre des consoles ne devrait être basé que sur le catalogue et les services proposés par l’une ou l’autre.

Bref. Comme je ne me retrouverais pas dans ces nouvelles consoles, j’ai décidé de me faire plaisir autrement et de creuser un sujet d’avenir : jouer en 4K dans de bonnes conditions. Windows et le PC reste pour moi la plateforme ultime de jeu que j’ai trop longtemps délaissée.

La 4K ?

Le terme 4K englobe en fait 2 résolutions. L’Ultra HD, de 3840x2160, utilisée dans les jeux vidéo et qui sera utilisée par la vidéo dans le futur. La « vraie » 4K en tant que telle, indiquant 4096 pixels de large, plutôt utilisée dans le domaine professionnel dans les cinémas numériques. Mais afin de faire simple, c’est le terme générique 4K qui a été retenu pour désigner l’ensemble.

untitled-1254[5]

Au passage, 4K dans le monde du jeu vidéo, cela signifie donc 4 fois plus que pixels à générer que le Full HD !

Ensuite, peut-on réellement voir la 4K ? Bien évidemment ! Je peux pourtant lire fréquemment pas mal d’inepties à ce sujet. Cela dépend uniquement de la taille de l’écran et de la distance à laquelle vous vous trouvez de celui-ci. L’œil n’a pas de résolution “maximum”. Par contre, l’œil a bien une limite physiologique. Si vous vous trouvez trop loin d’un écran trop petit, vous ne serez plus en mesure de faire la différence entre un écran Full HD et Ultra HD.

Tout est bien résumé dans cet excellent article: http://www.lemondequitourne.fr/leblog/distance-ecran-oeil/ qui explique le pouvoir séparateur de l’œil. C’est la capacité de l’œil à faire la distinction entre 2 points. La limite de notre œil se situe lorsque 2 points forment un angle de 1/60°. Ensuite, il ne reste plus qu’à faire un peu de trigonométrie.

triangle-oeil-ecran-300x168 
Dans mon cas, j’ai pris un écran 28 pouces en Ultra HD (3840 pixels de largeur). Calculons rapidement la distance de confort pour cet écran en partant de la méthode de calcul fournie par l’article précédent.

Résolution horizontale = 3840 pixels
Diagonale de l’écran = 28 pouces = 71,12 cm donc la largeur de l’écran (16/9) = 61,99 cm
La distance entre 2 pixels = 61,99 cm / 3840 = 0,01614322916666666666666666666667 cm

Au final, la distance de confort idéale pour cet écran est de : 0,01614322916666666666666666666667 / tan(1/60) = 55,49 cm

Vous pouvez donc parfaitement profiter du gain de qualité d’un écran 4K dès 28 pouces, dès l’instant que vous êtes relativement proche de ce dernier. Pour ma part, c’est exactement mon cas. Je suis dans une configuration de type bureau. L’écran est collé à moi d’environ 50 cm justement. Ensuite, plus vous serez éloigné, plus il faudra augmenter la taille de l’écran pour justifier la 4K. Donc, oui, la 4K apporte réellement un gain de qualité parfaitement perceptible à l’œil.

Donc contrairement à ce que certains ont pu dire ici et là dans des forums suite à la première publication de l’article, oui, la 4K apporte vraiment un gain de qualité. Ce n’est pas du flan marketing. De plus, au delà de l’aspect purement physiologique, mes collègues qui ont pu voir tourner les jeux en 4K dessus vous confirmeront cette sensation (à moins que nous soyons tous pris d’une hystérie collective au boulot ! ;)). 

Mais jouer en 4K ? Quel intérêt ? Chacun trouve du plaisir de manière différente dans les jeux vidéo. Pour moi, la qualité des environnements est importante. Il m’arrive souvent, même dans des jeux d’actions frénétiques, de m’arrêter et de contempler la qualité de la modélisation, du travail artistique des artistes 3D, du niveau technique du moteur (et de me faire fragger la tête comme un bleu du coup au passage).

J’ai pu récemment être bouche bée en jouant à Assassins Creed Unity sur Xbox One. Quel travail de reconstitution ! Bien sûr, le gameplay prime avant tout. Un jeu magnifique en 4K avec un gameplay nul, restera un jeu beau mais chiant… et donc inutile. Malgré tout, je suis un fana du beau pixel depuis mon tout jeune âge. Pixel Shader, Vertex Shader, Tessalation, HBAO+, ombres temps réel et autres effets de particules me font rêver. Aucune thérapie n’a réussi à y venir à bout jusqu’à présent. J’ai donc décidé de vivre avec. Bonnes nouvelles : les effets graphiques disponibles sur PC sont bien plus avancés que sur console. Par exemple, quelques exemples d’effets modernes sur le site de nVidia : Far Cry 4 Graphics, Performance & Tweaking Guide

Pourquoi monter en résolution sinon ? Simplement pour les mêmes raisons qu’à fluidité et effets constants, un jeu est plus beau en 1440p qu’en 1080p lui-même au-dessus du 720p, etc. Bien sûr, il faut aussi que le jeu et son moteur suivent cette montée en résolution en fournissant des textures et effets adaptés.

Quelques exemples qui m’ont fait rêver:

- 4K Screenshot Showcase: Tomb Raider
- 13 Gorgeous Examples of 4K PC Gaming
- Assassin’s Creed: Unity Looks Phenomenal In 4K

TombRaider1 TombRaider2
ACU4K1 ACU4K2
Cliquez sur les images pour charger la version 4K.

Et je vous confirme que l’expérience est incroyable ! J’ai pu jouer à Assassin’s Creed Unity, Far Cry 4 ou Tomb Raider en 4K comme sur ces screens et c’est juste bluffant. C’est même toujours aussi étonnant à la vitesse à laquelle on s’habitue à la montée en qualité. Revoir le même jeu en 1080p le rend beaucoup moins précis alors qu’il est déjà magnifique dans cette résolution (malgré les nombreux bugs qu’il reste manifestement à fixer Monsieur Ubisoft !). Mais franchement la différente entre 4K et 1080p est nette.

Cependant, il est important de noter que la qualité du rendu (effets graphiques) et la fluidité prime sur la résolution. Sur une console par exemple, il est nettement préférable de baisser la résolution de rendu en dessous de 1080p pour activer des effets supplémentaires plutôt que de faire bêtement du 1080p avec un rendu global inférieur. Le rendu pur 1080p est donc un faux débat. Nous sommes plus sensibles à qualité globale du rendu qu’à la finesse des pixels. C’est acquis. Par ailleurs, il faut une fluidité comprise entre minimum 40 et 60 fps pour satisfaire notre cerveau et notre œil.

Je me suis d’ailleurs longtemps posé la question : « quel est le FPS optimal pour l’œil humain ? ». C’est un sujet bien plus complexe qu’il n’y parait. Et ceux qui pensent que le cinéma est à 24fps pour cette raison ont tort. Le meilleur article que j’ai trouvé abordant ce sujet est celui-ci : Framerate et FPS : l'éternelle question enfin résolue (enfin, presque). J’ai pu lire aussi que Peter Jackson disait qu’il était prouvé « scientifiquement » que notre limite était à 55 fps. Je ne sais pas d’où il sort ce chiffre mais ma perception finale est que titiller les 50 fps est une bonne chose et de descendre en-dessous de 30 est mauvais pour l’expérience de jeu.

Mise à jour du 23/12/2014: j’ai pu trouver cet excellent article très détaillé: Why movies look weird at 48fps, and games are better at 60fps, and the uncanny valley… qui explique bien le fonctionnement complet de l’œil et parle aussi des limites de captation de résolution et de fluidité. C’est en anglais mais c’est à lire!

Donc, quand j’ai commencé à réfléchir à la possibilité de monter une config PC 4K avec tous ces paramètres en tête, je n’étais pas sûr que cela fût véritablement techniquement possible. Jouer en 4K dans de bonnes conditions (effets & fluidité), un délire ? Pas forcément. Je vais donc vous partager dans cet article les questions que je me suis posées avant de choisir les différentes pièces de la bête pour y arriver.

Note : j’ai décidé de vraiment me faire plaisir. Il serait indécent et stupide de comparer ma superbe configuration vs une Xbox One par exemple. Il y a un rapport de 1 à 10 au niveau du prix je pense. J’ai bien conscience que le budget n’est pas raisonnable. A noter également que la machine me servira aussi de machine de « boulot » pour coder dans la bonne humeur sous Visual Studio. Oui, la 4K rend le poil du développeur brillant. Il faut le savoir.

Etape 1 : la partie la plus importante : GPU & moniteur

Tout d’abord, soyons franc : aucun mono-GPU actuel n’est assez puissant pour encaisser tous les jeux récents en 4K avec les paramètres à fond de manière fluide. J’ai pu rapidement m’en rendre compte dans les différents benchmarks et m’en rendre compte en testant avec un seul GPU. Et je le rappelle à nouveau : mieux vaut jouer en 1080p ou 1440p de manière optimale qu’en 4K à la peine.

La solution passe donc forcément par une carte bi-GPU ou du SLI / CrossFire. Oui mais combien de cartes et quel GPU ?

Voici la liste des articles qui m’ont aidé à me décider :

- Peut-on raisonnablement jouer en 4K / UHD ? - La réponse semblait déjà d’être oui en fin 2013 avec quelques bémols.
- NVIDIA GeForce GTX 980 SLI 4K Video Card Review - Une très bonne review qui compare du SLI de 980 face à du SLI de 780ti et cross-fire 290X.
- GeForce GTX 980 2 and 3-way SLI - Encore un bon article montrant la différence entre 1, 2 et 3 GTX 980 dans de nombreux scénarios de jeux.
- NVIDIA GTX 980 3-Way and 4-Way SLI Performance - où vous découvrez que 3 ou 4 cartes ne servent à rien face à 2. Pire : 4 peuvent engendrer des pertes de performances.
- 3-Way SLI NVIDIA GTX 980 Review: Benchmarks at 4K - où vous pouvez voir à nouveau le peu d’abord d’une 3ème 980 face à 2.
- Nvidia GTX 980 tested: SLI, 4K, and single-GPU benchmarks and impressions - à nouveau un article bien fait couvrant le thème qui nous intéresse : 4K et SLI.

Bon, j’imagine que vous avez déjà une idée du GPU que j’ai retenu. J’ai opté pour une solution de double SLI de nVidia GTX 980. En regardant les benchmarks, on s’aperçoit aujourd’hui que c’est la solution la plus à même de s’en sortir presque tout le temps. ATI arrive parfois à faire mieux en Cross Fire avec un GPU un peu moins bon comme le 290X. Ils ont donc l’air de mieux maitriser cet art complexe du rendu multi-GPUs. Mais après avoir écumé toutes les review de la planète, j’ai été convaincu par une solution nVidia pour 2 critères principaux :

1 - L’architecture Maxwell plus moderne, nettement moins énergivore et donc plus silencieuse
2 - GSync comme je vais y revenir un peu plus loin

Ce récent article NVIDIA GeForce GTX 970 SLI 4K and NV Surround Review confirme et résume bien l’ensemble des recherches que j’ai pu menées : “GTX 980 SLI is going to be the ultimate right now, and then R9 290X CF if you can get it for the same price as GTX 970 SLI. GTX 970 SLI will be a good option as well, if you can get it for a little cheaper than R9 290X CF go for it, it will be a solid purchase. ”. En gros la conclusion de l’article indique que qu’un SLI de GTX 980 est la meilleure des solutions aujourd’hui pour jouer en 4K, suivi par du cross-fire de R9 290X. Le SLI de GTX 970 est par contre parfait pour du triple écran 1080p.

IMG_9988

Par ailleurs pour le même prix, je me suis posé la question de 2 x 980 ou 3 x 970 ? En effet, la GTX 970 est certainement le meilleur rapport qualité/prix du moment. Sauf que comme vous pouvez le voir dans les articles partagés, le scaling de performance marche désormais très bien en double carte (gain de souvent 60% et plus) mais s’écroule en triple et encore plus en quad SLI.

scaling-overall  GTX-980-SLI-Battlefield-4K

Mieux vaut donc envisager d’overclocker une solution double SLI que d’investir dans une 3ème carte qui apportera rarement plus de performance. Parfois même pire : il y a des scénarios où l’on perd des perfs avec 3 cartes vs 2 ! Pour finir, un collègue, ancien ingénieur chez nVidia qui avait bossé sur Fermi (GTX 580) me confirmait via un vieux proverbe g33k « 2 GPUs valent mieux que trois tu l'auras ». Et j’ai tendance à faire confiance aux magiciens capables de concevoir une puce avec 5 milliards de transistors. ;)

Seule exception notable : Crysis 3 semble être le seul jeu capable de vraiment profiter de 3 voire 4 cartes.

Note du vieux geek que je suis : je rêve d’avoir une solution SLI depuis que je suis gamin, depuis que 3DFX avait introduit cette technologie avec les Voodoo 2 pour ceux qui ont connu cette époque formidable. Technologie acquise par nVidia lors du rachat de 3DFX. Mon intérêt pour du SLI est donc biaisé par ce vieux rêve doublé de ma pathologie notoire du pixel dont je vous parlais plus haut.

Tout cela est bien joli, mais en jetant à nouveau un œil à tous ces superbes benchmarks, on arrive à une conclusion un peu amère. Même avec 2 monstres GTX 980, il n’est pas garantie de toujours tenir du 60 fps ou plus en 4K avec les options à fond aujourd’hui.

Alors certes, on peut désactiver certains niveaux d’anti-aliasing qui n’ont plus d’intérêts en 4K et libérer un peu de la puissance. Mais malgré tout, il n’est pas rare de se retrouver sur certains jeux entre 40 et 60 fps avec un SLI de 980. N’oublions pas que 4K = 4 fois plus de pixels que le bon vieux 1080p !

<mode petit con>Mais qu’est l’intérêt d’encore jouer en 1080p en 2014 ?</mode petit con>

Mince si proche du but. Pourtant, entre 40 et 60 fps, on considère l’expérience déjà très bonne pour jouer (surtout si l’on vient de la console). Pourquoi est-ce vraiment un problème d’être en-dessous de 60 fps ?

Pour mieux comprendre cela, il faut revenir au fondement de l’affichage vidéo. En fait, cela pose problème de ne pas être pile poil synchronisé avec la fréquence de rafraichissement verticale de nos moniteurs. Trop vite (+ de 60 FPS/Hz), le moniteur ne suis pas. La carte envoie une nouvelle image avant que le moniteur ait fini son balayage. Cela entraîne des phénomènes de déchirement ou « tearing » en anglais. Trop lent (- de 60 FPS), le moniteur n’a pas assez d’images à manger et cela engendre des saccades.

image

Mais pourquoi bon sang devons-nous nous synchroniser sur la fréquence du moniteur ?!? C’est un héritage de l’époque merveilleuse de nos écrans cathodiques et de leurs 20 Kg que nous déplacions joyeusement en LAN party après des séances de muscu avisées. Non content de nous avoir flingué le dos pendant des années, ils hantent aujourd’hui les technologies LCD modernes en nous imposant des limites inutiles.

C’est nVidia qui s’est récemment attaqué au problème avec une solution simple et pourtant évidente. Et si c’était plutôt nos moniteurs LCD qui se synchronisaient de manière dynamique sur la fréquence de génération d’images par seconde du GPU ? Tellement évident que l’on se demande pourquoi cela n’est pas arrivé plus tôt. Cette technologie s’appelle G-Sync.

Je vous ai compilé une petite série d’articles vraiment au top expliquant en détail ce que je viens de vous dire :

- G-Sync : Nvidia modernise la synchronisation verticale
- On a testé le G-Sync de Nvidia
- Nvidia G-SYNC en test : les jeux fluides dès 40 fps ? - celui-là est particulièrement excellent !

Des jeux fluides dès 40 fps ? Mais dis donc, cela fait bien mon affaire ! Je suis donc parti sur le seul moniteur 4K G-Sync actuellement disponible : Acer Predator XB280HK bprz - G-Sync (quel nom merveilleux) dont vous pouvez trouver un test chez LesNumeriques ici : Test : Acer XB280HK : premier écran G-Sync Ultra HD . Ok, il n’a pas la colorimétrie ultime ni le temps de réponse stellaire permettant de parfaitement analyser les battements d’ailes d’une mouche au ralentie mais il est déjà parfait pour ce que je compte en faire !

Bon le problème du G-Sync, c’est que cela se vit, se ressent pour se comprendre. Difficile de rendre cela à travers une vidéo. Malgré tout, LesNumeriques ont tenté une bonne idée : filmer en 60 fps avec une GoPro.

Voici la vidéo sur YouTube :

Il faut la jouer en vitesse X2 car cela était avant que YouTube ne supporte le 60 fps. Bon je vous préviens : c’est chaud de voir la différence.

Etape 2 : CPU, mémoire, carte mère et tout le toutim

Les jeux exploitent encore assez mal les multi-cœurs de nos CPU mais cela est en train de nettement s’améliorer. Malgré tout pendant longtemps, il vallait mieux privilégier un CPU modeste capable de monter haut en fréquence plutôt que forcément un nombre cœurs plus élevé avec une fréquence réduite. Comme les jeux utilisaient principalement le cœur n°1, il fallait s’assurer que celui-ci était capable de monter le plus haut en fréquence.

Cependant, vous l’aurez compris, je monte une configuration haut de gamme censée tenir un petit moment dans le temps. J’ai donc décidé de me projeter légèrement et de faire un pari, peu risqué, sur l’avenir proche. Je suis convaincu que la donne va très bientôt changer. Laissez-moi vous expliquer.

Tout d’abord, je vous invite à lire cet excellent article d’Hardware.fr : Perfs avec 2, 4, 6 et 8 cœurs : 4 jeux à la loupe . Que l’on peut rapidement résumer à : plus le jeu est récent plus il bénéficie du nombre de cœurs avec une limite vers 6 aujourd’hui. Dans certains cas, 8 permettent d’aller un peu plus loin. Cela tombe bien, je ne me monte pas une config 4K pour jouer à de vieux jeux. ;)

Par ailleurs, Windows 10 va bientôt apporter une petite révolution pour apporter un surplus de performance bienvenue. Cette révolution s’appelle DirectX 12. Comme vous pouvez le voir dans notre article suivant DirectX Developer Blog - DirectX 12, DirectX 12 utilise bien mieux l’architecture multi-cœurs :

2806_cpucompare_png-550x0

J’ai pu le constater moi-même en testant une BUILD privée de Windows 10 sur ma Surface Pro 3 (Core i7/HD5000). J’ai eu exactement l’expérience décrite ici : DirectX 12 - High Performance and High Power Savings

Je pense également que DirectX 12 nous permettra de plus facilement bénéficier de portage de jeux optimisé du monde des consoles.

Ma conclusion ? Ne nous embêtons pas et prenons le monstre ultime Intel Haswell-E 5960X. Il va certes ne libérer totalement sa puissance que d’ici l’année prochaine. Mais en attendant, les benchmarks lui donnent déjà raison :

- Core i7 5960X : test de la nouvelle bombe à 8 coeurs par Clubic
- Haswell-E est enfin là : Test des Core i7-5960X, i7-5930K et i7-5820K par Tomshardware.fr
- Test processeur Intel Core i7-5960X par Cowcotland
- Intel Haswell-E, LGA 2011-v3 et DDR4 : Core i7-5960X, 5930K et 5820K par Hardware.fr
- Core i7 5960X - 5930K and 5820K processor review où l’on peut voir notamment un test du 5960X face aux autres en SLI.

C’est le meilleur du moment, un point c’est tout. Sans parler de ce qu’il va m’apporter dans certaines tâches de mon job : compilation du code, encodage de vidéos, etc.

Alors certes son rapport performance/prix n’est pas bon. Surtout pour les anciens jeux comme j’ai pu déjà vous le dire. Dans la série Haswell-E, mieux vaut prendre un 5820K, 2 fois moins cher, voir même surement un Core i5 classique si le but est uniquement de jouer avec son PC. Dans mon cas, le PC va en fait me servir la plupart du temps à faire autre chose que jouer: coder, encoder des vidéos, traitement du son et calculs 3D. Les 16 cœurs logiques du 5960X me faisaient donc méchamment de l’œil. ;)

Je souhaitais aussi profiter de ses 40 lignes PCI-Express qui, couplée au chipset X99, permettaient de viser du 16x/16x sur mes 2 copines GTX 980 en SLI. Avec un seul GPU, cela n’a aucun intérêt comme vous pouvez le voir dans la partie finale de ce test : GeForce GTX 980 PCI-Express Scaling

Mais comme on peut le voir dans la partie 8 du test de Clubic, le 16x/16x permet de gagner en performance sur une configuration en SLI:

07585375-photo-intel-core-i7-5960x-sli-crysis-3  
Crysis 3, lui aussi exécuté toutes options à fond, est encore plus sensible au mode 16/16x. Le jeu est 14% plus rapide à processeur équivalent en 16/16x.

Côté mémoire, faisons bref : 16 Go de DDR4. Pas besoin d’aller plus haut dans les jeux aujourd’hui ni dans mon boulot de tous les jours.

Côté carte mère : je suis fan d’Asus de la première heure et j’ai toujours fait confiance à leurs cartes mères. J’ai jeté mon dévolu sur l’Asus X99 Deluxe. Les tests sont unanimes et ses capacités d’overclockling au-dessus de la moyenne semble-t-il.

Au final, si vous voulez vous monter la même configuration que moi, voici où il faut cliquer :

- Intel Core i7 5960X - Extreme Edition pour être tranquille à l’avenir et avoir le top du top du moment
- Gainward GeForce GTX 980 - 4 Go X 2 (même si je sens bien que des versions 8 Go arrivent bientôt et que 8 Go ne seront pas de trop pour la 4K…)
- Asus X99-DELUXE car un Haswell-E, c’est prévu pour être « overclocké » et que cela semble être la meilleure carte mère pour le faire
- Corsair Hydro Series H75 car le water cooling, j’adore et cela va m’aider pour le point précédent ;)
- Cooler Master CM Storm Stryker car je voulais un boitier spacieux dit du « kéké » (vitre et LED)
- Corsair AX860 Modulaire - 860W car il faut bien donner à manger aux 2 bébés 980 et au papa 5960X
- Samsung Serie 850 Pro - 512 Go car c’est d’après tous les benchmarks du moment le SSD le plus rapide du marché (hors carte PCI-Express)
- Seagate Barracuda 7200.14 - SATA III 6 Gb/s - 2 To car on sait jamais
- G.Skill Ripjaws 4 Black DDR4 4 x 4 Go 2133 MHz CAS15 parce que je suis obligé, malgré le fait que le prix de la DDR4, c’est vraiment du racket vs la DDR3
- Acer Predator XB280HKbprz - G-Sync car 4K et Gsync
- Corsair Gaming K70 RGB - Noir MX Red car je voulais un clavier mécanique de gamer. Celui-là est complètement ouf comme je voulais. Allez voir par exemple la vidéo de Cowcotland dans leur test : Clavier Corsair Gaming K70RGB . On peut programmer des macros pour éclairer le clavier à sa guise ! C’est un truc de malades.
- Souris Razer DeathAdder 
- Samsung SH-224DB - OEM, noir car cela peut toujours servir

Le tout basé sur les excellentes recommandations de Materiel.net. N’hésitez pas à les contacter, ils sont vraiment au top !

Le prix dépasse donc les 4000€. Il y a moyen de faire un peu moins cher, je vous rassure, si votre objectif est uniquement de jouer. Mais pour la 4K, difficile de faire l’impasse sur du SLI de 980 aujourd’hui. Sauf si vous voulez jouer avec toutes les options au minimum, ce qui n’aurait aucun intérêt ! La 4K Ultra est donc aujourd’hui bien plus chère que le 1080p Ultra.

Etape 3 : la bête en vidéo & images et premiers retours

Tout d’abord, voici un excellent timelapse du montage de la machine:

Et vous trouverez l’ensemble des images dans ce répertoire One Drive: 100 images du montage du PC

Bon alors elle donne quoi cette bécane ?

IMG_1194 IMG_1200

Pour l’instant, je me suis légèrement lancé dans l’overclocking du CPU et des GPUs. Aujourd’hui, je suis sur un BCLK de 128 Mhz avec un multiplicateur de 33 avec un voltage à 1,275V du CPU soit une fréquence de 4,224 Ghz sur les 8 cœurs. C’est vraiment un jouet exceptionnel que ce 5960X ! Les 2 GPUs sont overclockés via l’outil MSI AfterBurner avec +200 Mhz sur le GPU et +200 Mhz sur la mémoire. Cela semble être étonnement stable pour l’instant. Mon fils a réussi à jouer à Far Cry 4 3h d’affilée, c’est plutôt bon signe.

Je vous confirme au passage qu’Assassin’s Creed Unity et Far Cry 4 tournent très bien en 4K et en Ultra. C’est juste magnifique ! Il faut malgré tout faire quelques petites concessions au niveau de certaines options graphiques. Ainsi, pour Far Cry 4, tout est à fond sauf l’anti-aliasing qui est désactivé. Je tourne alors entre 40 et 60 fps, ce qui est parfait pour le G-Sync.

FarCry4_2014_12_05_15_41_14_019
Cliquez sur l’image pour ouvrir la version 4K

Pour Unity, j’ai dû descendre les textures de « Ultra Elevée » à « Elevée », les ombres de « douce » à « elevée » et mettre l’anti-aliasing sur FXAA. Le reste en Ultra et HBAO+. Ainsi, le jeu tourne entre 45 et 60 fps.

ACU_2014_12_05_15_08_02_360
Cliquez sur l’image pour ouvrir la version 4K

Du côté de Tomb Raider 2013, pas de questions à se poser. Toutes les options sont au maximum ou Ultra (TressFX aussi pour les cheveux) et le jeu tourne entre 45 et plus de 70 fps.

TombRaider_2014_12_05_15_50_33_677
Cliquez sur l’image pour ouvrir la version 4K

Voici ce que donne le benchmark interne du jeu en 4K Ultra :

TombRaider_2014_12_05_15_52_20_255Edit

Voici ce que cela donne sous 3D Mark 11 en mode performance :

3dmarkPScore

J’obtiens la note de P28553, ce qui semble plutôt bon en comparaison de la base en ligne. C’est même du niveau de certains 3 SLI apparemment !

Sur la version Extreme :

image

J’obtiens un score de X12636. Détails: http://www.3dmark.com/3dm11/9080741

Note: pensez bien à désactiver le G-Sync pour les benchs! Sinon, le système bloque les FPS à limite maximum de votre écran (60 Hz dans mon cas) et biaise totalement les résultats.

La dernière version de 3D Mark contient également un test intéressant pour faire un benchmark 4K. J’obtiens un score de 6007 avec le Fire Strike Ultra :

image

On peut également observer l’évolution du FPS, de la température du CPU et du GPU pendant le test. Bien pratique.

La machine est également particulièrement silencieuse. Inaudible en mode navigation sur Internet, Office et Visual Studio. En mode jeux, les ventilos soufflent un peu plus mais franchement, c’est très faible au niveau du bruit généré. Je suis épaté. Je mets cela sur le compte du gros boitier et de ses gros ventilos, du watercooling et de l’architecture Maxwell particulièrement efficace. Du coup, cela fait tellement peu de bruit que j’ai posé la tour sur le bureau à mes côtés. Voir les 2 petites GTX 980 me procurant un bien fou (n’oubliez pas la pathologie dont je souffre à l’origine avant de vous moquer !).

Pour finir, voici 1 vidéo d’Assassin’s Creed Unity en 4K Ultra en action :

Comme vous pouvez le voir sur la vidéo, toutes les options ne sont pas tout à fait à fond. L’antialiasing est sur FXAA, environnement en Ultra, textures en élevée, ombres en élevée, occlusion HBAO+. Le jeu tourne entre 45 et 55 fps. L’enregistrement vidéo semble enlever quelques fps. Le jeu est parfaitement fluide avec G-Sync. Sans, l’expérience est clairement moins bonne. Au final, c’est juste incroyable d’avoir un tel résultat en 4K. Je ne m’en remets toujours pas.

Par ailleurs, aucun problème à l’horizon côté Far Cry 4 en 4K Ultra du même éditeur :

De son côté, j’ai tout mis en Ultra sauf l’antialiasing sur off et je tourne entre 45 et 60 fps en 4K.

Mes mois de recherches et de lecture complète d’Internet n’ont pas été vains. Merci encore à Materiel.net pour la qualité du montage et des orientations. Je suis ravi! :)

Par ailleurs, Windows 8.1 gère parfaitement l’augmentation du DPI du moniteur 4K. C’est apparemment d’ailleurs le meilleur OS pour gérer la 4K aujourd’hui. Je n’ai pas encore pris le temps de tester Windows 10. Côté performance, Windows 8.1 est légèrement plus rapide que Windows 8 lui-même étant optimisé par rapport à Windows 7. Windows 8.1 semble donc être aujourd’hui la meilleure base pour du jeu et travail en 4K. Windows 10 apportera quant à lui, DirectX 12. Mais ça, c’est une autre histoire !

Windows est définitivement la plateforme ultime pour les gamers 4K!

A bientôt pour de nouvelles aventures.

David