Découvrir PowerShell Workflow pour Azure Automation

Dans Azure Automation, les runbooks sont implémentés comme des workflows Windows PowerShell, qui sont en réalité des scripts Windows PowerShell qui utilisent Windows Workflow Foundation. Un workflow est une séquence d’étapes programmées et connectées qui effectuent des tâches de longue durée ou requièrent la coordination de plusieurs étapes sur plusieurs appareils ou nœuds gérés.

Le workflow est écrit avec la syntaxe Windows PowerShell et il est lancé par Windows PowerShell, mais il est traité par Windows Workflow Foundation. Les avantages d’un workflow par rapport à un script normal incluent la possibilité d’exécuter simultanément une action sur plusieurs appareils et de récupérer automatiquement après une défaillance.

Notes

Un script PowerShell Workflow est très similaire à un script Windows PowerShell. Cependant, il présente des différences significatives qui peuvent être déconcertantes pour un nouvel utilisateur. Par conséquent, nous vous recommandons d’écrire vos runbooks à l’aide de PowerShell Workflow uniquement si vous devez utiliser des points de contrôle.

Pour plus d’informations sur les rubriques de cet article, consultez Présentation du workflow Windows PowerShell.

Utiliser le mot clé Workflow

La première étape de la conversion d'un script PowerShell en workflow PowerShell consiste à y intégrer le mot clé Workflow. Un workflow commence par le mot clé Workflow suivi du corps du script entre accolades. Le nom du workflow suit le mot clé Workflow, comme illustré dans la syntaxe suivante :

Workflow Test-Workflow
{
    <Commands>
}

Le nom du workflow doit correspondre au nom du Runbook Automation. Si le runbook est importé, le nom de fichier doit correspondre au nom du workflow et se terminer par .ps1.

Pour ajouter des paramètres au workflow, utilisez le mot clé Param, comme dans un script.

Différences entre le code PowerShell Workflow et le code d’un script PowerShell

Le code PowerShell Workflow est quasiment identique à celui d’un script PowerShell, à l’exception de certaines différences peu nombreuses, mais importantes. Les sections suivantes décrivent les modifications que vous devez apporter à un script PowerShell pour l’exécuter dans un workflow.

Activités

Une activité est une tâche incluse dans un workflow qui est exécutée dans un ordre précis. Le workflow Windows PowerShell convertit automatiquement la plupart des applets de commande Windows PowerShell en activités lors de son exécution. Lorsque vous spécifiez une de ces applets de commande dans votre Runbook, l’activité correspondante est exécutée par Windows Workflow Foundation.

Si une applet de commande ne correspond à aucune activité, Windows PowerShell Workflow l’exécute automatiquement au sein d’une activité InlineScript. Certaines applets de commande sont exclues et ne peuvent pas être utilisées dans un workflow, à moins que vous ne les incluiez explicitement dans un bloc InlineScript. Pour plus d’informations, consultez Utilisation d’activités dans les workflows de script.

Les activités de workflow partagent un ensemble de paramètres communs pour configurer leur opération. Voir about_WorkflowCommonParameters.

Paramètres positionnels

Vous ne pouvez pas utiliser les paramètres positionnels avec les activités et les applets de commande dans un workflow. Par conséquent, vous devez utiliser des noms de paramètres. Vous pouvez utiliser le code suivant pour afficher tous les services en cours d’exécution :

Get-Service | Where-Object {$_.Status -eq "Running"}

Si vous tentez d’exécuter ce code dans un workflow, vous recevez un message du type Parameter set cannot be resolved using the specified named parameters.. Pour corriger ce problème, fournissez le nom du paramètre, comme dans l’exemple suivant :

Workflow Get-RunningServices
{
    Get-Service | Where-Object -FilterScript {$_.Status -eq "Running"}
}

Objets désérialisés

Les objets des workflows sont désérialisés, ce qui signifie que leurs propriétés sont toujours disponibles, mais pas leurs méthodes. Par exemple, vous pouvez utiliser le code PowerShell suivant qui arrête un service à l’aide de la méthode Stop de l’objet Service.

$Service = Get-Service -Name MyService
$Service.Stop()

Si vous tentez de l’exécuter dans un workflow, vous recevez une erreur indiquant ceci : Method invocation is not supported in a Windows PowerShell Workflow..

L’une des options consiste à wrapper ces deux lignes de code dans un bloc InlineScript. Dans ce cas, Service représente un objet de service situé à l’intérieur du bloc.

Workflow Stop-Service
{
    InlineScript {
        $Service = Get-Service -Name MyService
        $Service.Stop()
    }
}

Une autre option consiste à utiliser une autre applet de commande qui a les mêmes fonctionnalités que la méthode, si celle-ci est disponible. Dans notre exemple, l’applet de commande Stop-Service fournit les mêmes fonctionnalités que la méthode Stop, et vous pouvez utiliser les éléments suivants pour un workflow.

Workflow Stop-MyService
{
    $Service = Get-Service -Name MyService
    Stop-Service -Name $Service.Name
}

Utiliser InlineScript

L'activité InlineScript est utile lorsque vous devez exécuter une ou plusieurs commandes en tant que script PowerShell standard plutôt que workflow PowerShell. Alors que les commandes d'un workflow sont envoyées à Windows Workflow Foundation pour être traitées, les commandes d'un bloc InlineScript sont traitées par Windows PowerShell.

InlineScript utilise la syntaxe illustrée ci-dessous.

InlineScript
{
    <Script Block>
} <Common Parameters>

Vous pouvez renvoyer la sortie d'un bloc InlineScript en l'affectant à une variable. L'exemple suivant arrête un service puis renvoie le nom du service.

Workflow Stop-MyService
{
    $Output = InlineScript {
        $Service = Get-Service -Name MyService
        $Service.Stop()
        $Service
    }

    $Output.Name
}

Vous pouvez passer des valeurs dans un bloc InlineScript, mais vous devez utiliser le modificateur de portée $Using . L'exemple suivant est identique à l'exemple précédent, sauf que le nom du service est fourni par une variable.

Workflow Stop-MyService
{
    $ServiceName = "MyService"

    $Output = InlineScript {
        $Service = Get-Service -Name $Using:ServiceName
        $Service.Stop()
        $Service
    }

    $Output.Name
}

Même si les activités InlineScript peuvent être critiques dans certains workflows, elles ne prennent pas en charge les constructions de workflow. Vous devez les utiliser seulement si c’est nécessaire pour les raisons suivantes :

  • Vous ne pouvez pas utiliser de points de contrôle à l’intérieur d’un bloc InlineScript. Si une défaillance se produit dans le bloc, l’exécution doit reprendre depuis le début du bloc.
  • Vous ne pouvez pas effectuer d’exécution parallèle à l’intérieur d’un bloc InlineScript.
  • InlineScript affecte l'extensibilité du workflow puisque l'activité maintient la session Windows PowerShell pendant toute la durée du bloc InlineScript.

Pour plus d’informations sur l’utilisation d’InlineScript, consultez Exécution des commandes Windows PowerShell dans un workflow et about_InlineScript.

Utiliser le traitement parallèle

L'un des avantages des workflows Windows PowerShell est la possibilité d'exécuter un ensemble de commandes en parallèle, et non séquentiellement comme avec un script classique.

Vous pouvez utiliser le mot clé Parallel pour créer un bloc de script avec plusieurs commandes qui s'exécutent simultanément. Pour ce faire, utilisez la syntaxe illustrée ci-dessous. Dans ce cas, Activity1 et Activity2 démarrent en même temps. Activity3 démarre uniquement quand Activity1 et Activity2 sont toutes deux terminées.

Parallel
{
    <Activity1>
    <Activity2>
}
<Activity3>

Par exemple, considérez les commandes PowerShell suivantes qui copier plusieurs fichiers vers une destination sur le réseau. Ces commandes sont exécutées séquentiellement afin que le fichier termine la copie avant de démarrer la suivante.

Copy-Item -Path C:\LocalPath\File1.txt -Destination \\NetworkPath\File1.txt
Copy-Item -Path C:\LocalPath\File2.txt -Destination \\NetworkPath\File2.txt
Copy-Item -Path C:\LocalPath\File3.txt -Destination \\NetworkPath\File3.txt

Le workflow suivant exécute ces commandes en parallèle afin qu'elles commencent toutes la copie en même temps. Le message confirmant la fin de l’opération apparaît uniquement une fois toutes les copies effectuées.

Workflow Copy-Files
{
    Parallel
    {
        Copy-Item -Path "C:\LocalPath\File1.txt" -Destination "\\NetworkPath"
        Copy-Item -Path "C:\LocalPath\File2.txt" -Destination "\\NetworkPath"
        Copy-Item -Path "C:\LocalPath\File3.txt" -Destination "\\NetworkPath"
    }

    Write-Output "Files copied."
}

Vous pouvez utiliser la construction ForEach -Parallel pour traiter simultanément les commandes de chaque élément d'une collection. Les éléments de la collection sont traités en parallèle, tandis que les commandes du bloc de script sont exécutées séquentiellement. Ce processus utilise la syntaxe ci-dessous. Dans ce cas, Activity1 démarre en même temps pour tous les éléments de la collection. Pour chaque élément, Activity2 démarre une fois Activity1 terminée. Activity3 démarre uniquement quand Activity1 et Activity2 sont toutes deux terminées pour tous les éléments. Nous utilisons le paramètre ThrottleLimit pour limiter le parallélisme. Une valeur ThrottleLimit trop élevée peut entraîner des problèmes. La valeur idéale pour le paramètre ThrottleLimit dépend de nombreux facteurs dans votre environnement. Commencez par une valeur basse, puis essayez des valeurs de plus en plus élevées jusqu’à ce que vous en trouviez une qui fonctionne pour votre situation.

ForEach -Parallel -ThrottleLimit 10 ($<item> in $<collection>)
{
    <Activity1>
    <Activity2>
}
<Activity3>

L'exemple suivant est similaire à l'exemple précédent concernant la copie de fichiers en parallèle. Dans ce cas, un message s'affiche pour chaque fichier après la copie. Le message confirmant la fin de l’opération apparaît uniquement une fois toutes les copies effectuées.

Workflow Copy-Files
{
    $files = @("C:\LocalPath\File1.txt","C:\LocalPath\File2.txt","C:\LocalPath\File3.txt")

    ForEach -Parallel -ThrottleLimit 10 ($File in $Files)
    {
        Copy-Item -Path $File -Destination \\NetworkPath
        Write-Output "$File copied."
    }

    Write-Output "All files copied."
}

Notes

Nous vous déconseillons d'exécuter des Runbooks enfants en parallèle car les résultats obtenus ne sont pas fiables. Parfois, la sortie du runbook enfant n’apparaît pas, et les paramètres d’un runbook enfant peuvent affecter les autres runbooks enfants parallèles. Les variables comme VerbosePreference et WarningPreference, entre autres, peuvent ne pas se propager aux runbooks enfants. De plus, si le runbook enfant modifie ces valeurs, celles-ci peuvent ne pas être correctement restaurées après l’appel.

Utiliser des points de contrôle dans un workflow

Un point de contrôle est un instantané de l’état actuel du workflow qui inclut la valeur actuelle des variables et toute sortie générée à ce stade. Si un workflow se termine par une erreur ou s’il est suspendu, il démarrera à partir de son dernier point de contrôle lors de sa prochaine exécution, au lieu de commencer au début.

Vous pouvez définir un point de contrôle dans un workflow avec l'activité Checkpoint-Workflow. Azure Automation dispose d’une fonctionnalité appelée répartition équilibrée, grâce à laquelle tout runbook s’exécutant depuis plus de 3 heures est déchargé pour permettre l’exécution des autres runbooks. À la fin, le runbook déchargé est rechargé. À ce moment-là, il reprend son exécution à partir du dernier point de contrôle exécuté dans le runbook.

Pour que le runbook s’exécute jusqu’au bout, vous devez ajouter des points de contrôle à des intervalles inférieurs à 3 heures. Si un point de contrôle est ajouté lors de chaque exécution, et si le runbook est évincé au bout de 3 heures en raison d’une erreur, le runbook sera exécuté indéfiniment.

Dans l’exemple suivant, une exception se produit après qu’Activity2 a provoqué l’arrêt du workflow. Lorsque le workflow est réexécuté, il commence par exécuter Activity2, puisque cette activité vient immédiatement après le dernier point de contrôle défini.

<Activity1>
Checkpoint-Workflow
<Activity2>
<Exception>
<Activity3>

Définissez les points de contrôle d’un workflow après les activités qui peuvent être sujettes à une exception et qui ne doivent pas être réexécutées à la reprise du workflow. Par exemple, votre workflow peut créer une machine virtuelle. Vous pouvez définir un point de contrôle avant et après les commandes de création de la machine virtuelle. En cas d’échec de la création, les commandes sont répétées si le workflow est redémarré. Si le workflow échoue après que la création a réussi, la machine virtuelle n’est pas recréée à la reprise du workflow.

L'exemple suivant copie plusieurs fichiers vers un emplacement réseau et définit un point de contrôle après chaque fichier. Si l’emplacement réseau est perdu, le workflow s’arrête en générant une erreur. Lorsqu’il est redémarré, il reprend au dernier point de contrôle. Seuls les fichiers qui ont déjà été copiés sont ignorés.

Workflow Copy-Files
{
    $files = @("C:\LocalPath\File1.txt","C:\LocalPath\File2.txt","C:\LocalPath\File3.txt")

    ForEach ($File in $Files)
    {
        Copy-Item -Path $File -Destination \\NetworkPath
        Write-Output "$File copied."
        Checkpoint-Workflow
    }

    Write-Output "All files copied."
}

Comme les informations d’identification du nom d’utilisateur ne sont pas conservées après l’appel de l’activité Suspend-Workflow ou après le dernier point de contrôle, vous devez définir les informations d’identification comme « null », puis les récupérer à nouveau à partir du magasin de ressources après l’activité Suspend-Workflow ou après l’appel du point de contrôle. Sinon, le message d’erreur suivant peut s’afficher : The workflow job cannot be resumed, either because persistence data could not be saved completely, or saved persistence data has been corrupted. You must restart the workflow.

Le même code ci-dessous montre comment traiter ce problème dans vos runbooks PowerShell Workflow.

workflow CreateTestVms
{
    $Cred = Get-AzAutomationCredential -Name "MyCredential"
    $null = Connect-AzAccount -Credential $Cred

    $VmsToCreate = Get-AzAutomationVariable -Name "VmsToCreate"

    foreach ($VmName in $VmsToCreate)
        {
        # Do work first to create the VM (code not shown)

        # Now add the VM
        New-AzVM -VM $Vm -Location "WestUs" -ResourceGroupName "ResourceGroup01"

        # Checkpoint so that VM creation is not repeated if workflow suspends
        $Cred = $null
        Checkpoint-Workflow
        $Cred = Get-AzAutomationCredential -Name "MyCredential"
        $null = Connect-AzAccount -Credential $Cred
        }
}

Notes

Pour les runbooks PowerShell non graphiques, Add-AzAccount et Add-AzureRMAccount sont des alias de Connect-AzAccount. Vous pouvez utiliser ces cmdlets ou mettre à jour vos modules dans votre compte Automation vers les dernières versions. Il est possible que vous deviez mettre à jour vos modules, même si vous venez de créer un compte Automation. L’utilisation de ces applets de commande n’est pas nécessaire si vous vous authentifiez à l’aide d’un compte d’identification configuré avec un principal de service.

Pour plus d'informations sur les points de contrôle, consultez Ajout de points de contrôle à un workflow de script.

Étapes suivantes