CREATE INDEX (Transact-SQL)

S’applique à : ouiSQL Server (toutes les versions prises en charge) OuiAzure SQL Database OuiAzure SQL Managed Instance ouiAzure Synapse Analytics OuiParallel Data Warehouse

Crée un index relationnel sur une table ou une vue. Également appelé index rowstore, car il s’agit d’un index B-Tree cluster ou non-cluster. Vous pouvez créer un index rowstore avant que la table soit remplie de données. Utilisez un index rowstore pour améliorer les performances des requêtes, en particulier quand les requêtes effectuent une sélection dans des colonnes spécifiques ou qu’elles exigent que les valeurs soient triées dans un ordre particulier.

Notes

Azure Synapse Analytics et Analytics Platform System (PDW) ne prennent actuellement pas en charge les contraintes Unique. Les exemples faisant référence à des contraintes Unique sont applicables uniquement à SQL Server et à SQL Database.

Conseil

Pour obtenir des informations sur les règles de conception d’index, consultez le Guide de conception d’index SQL Server.

Exemples simples :

-- Create a nonclustered index on a table or view
CREATE INDEX index1 ON schema1.table1 (column1);

-- Create a clustered index on a table and use a 3-part name for the table
CREATE CLUSTERED INDEX index1 ON database1.schema1.table1 (column1);

-- Syntax for SQL Server and Azure SQL Database
-- Create a nonclustered index with a unique constraint
-- on 3 columns and specify the sort order for each column
CREATE UNIQUE INDEX index1 ON schema1.table1 (column1 DESC, column2 ASC, column3 DESC);

Scénario clé :

Depuis SQL Server 2016 (13.x) et SQL Database, utilisez un index non-cluster sur un index columnstore pour améliorer les performances des requêtes d’entreposage de données. Pour plus d’informations, consultez Index columnstore - Entrepôt de données.

Pour d’autres types d’index, consultez :

Icône du lien de rubrique Conventions de la syntaxe Transact-SQL

Syntaxe

Syntaxe pour SQL Server et Azure SQL Database

CREATE [ UNIQUE ] [ CLUSTERED | NONCLUSTERED ] INDEX index_name
    ON <object> ( column [ ASC | DESC ] [ ,...n ] )
    [ INCLUDE ( column_name [ ,...n ] ) ]
    [ WHERE <filter_predicate> ]
    [ WITH ( <relational_index_option> [ ,...n ] ) ]
    [ ON { partition_scheme_name ( column_name )
         | filegroup_name
         | default
         }
    ]
    [ FILESTREAM_ON { filestream_filegroup_name | partition_scheme_name | "NULL" } ]
  
[ ; ]
  
<object> ::=
{ database_name.schema_name.table_or_view_name | schema_name.table_or_view_name | table_or_view_name }

<relational_index_option> ::=
{
    PAD_INDEX = { ON | OFF }
  | FILLFACTOR = fillfactor
  | SORT_IN_TEMPDB = { ON | OFF }
  | IGNORE_DUP_KEY = { ON | OFF }
  | STATISTICS_NORECOMPUTE = { ON | OFF }
  | STATISTICS_INCREMENTAL = { ON | OFF }
  | DROP_EXISTING = { ON | OFF }
  | ONLINE = { ON [ ( <low_priority_lock_wait> ) ] | OFF }  
  | RESUMABLE = { ON | OFF }
  | MAX_DURATION = <time> [MINUTES]
  | ALLOW_ROW_LOCKS = { ON | OFF }
  | ALLOW_PAGE_LOCKS = { ON | OFF }
  | OPTIMIZE_FOR_SEQUENTIAL_KEY = { ON | OFF }
  | MAXDOP = max_degree_of_parallelism
  | DATA_COMPRESSION = { NONE | ROW | PAGE }
     [ ON PARTITIONS ( { <partition_number_expression> | <range> }
     [ , ...n ] ) ]
}

<filter_predicate> ::=
    <conjunct> [ AND ] [ ...n ]

<conjunct> ::=
    <disjunct> | <comparison>

<disjunct> ::=
        column_name IN (constant ,...n)

<comparison> ::=
        column_name <comparison_op> constant

<comparison_op> ::=
    { IS | IS NOT | = | <> | != | > | >= | !> | < | <= | !< }

<low_priority_lock_wait>::=  
{  
    WAIT_AT_LOW_PRIORITY ( MAX_DURATION = <time> [ MINUTES ] ,   
                          ABORT_AFTER_WAIT = { NONE | SELF | BLOCKERS } )  
}  

<range> ::=
<partition_number_expression> TO <partition_number_expression>

Index relationnel à compatibilité descendante

Important

La structure de la syntaxe de l’index relationnel à compatibilité descendante sera supprimée dans une future version de SQL Server. Évitez d'utiliser cette structure de syntaxe dans tout nouveau travail de développement et envisagez de modifier les applications qui l'utilisent actuellement. Utilisez la structure de syntaxe spécifiée dans <relational_index_option> à la place.

CREATE [ UNIQUE ] [ CLUSTERED | NONCLUSTERED ] INDEX index_name
    ON <object> ( column_name [ ASC | DESC ] [ ,...n ] )
    [ WITH <backward_compatible_index_option> [ ,...n ] ]
    [ ON { filegroup_name | "default" } ]

<object> ::=
{
    [ database_name. [ owner_name ] . | owner_name. ]
    table_or_view_name
}

<backward_compatible_index_option> ::=
{
    PAD_INDEX
  | FILLFACTOR = fillfactor
  | SORT_IN_TEMPDB
  | IGNORE_DUP_KEY
  | STATISTICS_NORECOMPUTE
  | DROP_EXISTING
}

Syntaxe pour Azure Synapse Analytics et Parallel Data Warehouse


CREATE CLUSTERED COLUMNSTORE INDEX index_name
    ON [ database_name . [ schema ] . | schema . ] table_name
    [ORDER (column[,...n])]
    [WITH ( DROP_EXISTING = { ON | OFF } )]
[;]


CREATE [ CLUSTERED | NONCLUSTERED ] INDEX index_name
    ON [ database_name . [ schema ] . | schema . ] table_name
        ( { column [ ASC | DESC ] } [ ,...n ] )
    WITH ( DROP_EXISTING = { ON | OFF } )
[;]


Notes

Pour afficher la syntaxe Transact-SQL pour SQL Server 2014 et versions antérieures, consultez Versions antérieures de la documentation.

Arguments

UNIQUE

Crée un index unique sur une table ou une vue. Un index unique est un index dans lequel deux lignes ne peuvent pas avoir la même valeur de clé d'index. Un index cluster d'une vue doit être unique.

Le Moteur de base de données ne permet pas de créer un index unique sur des colonnes qui contiennent déjà des valeurs dupliquées, qu’IGNORE_DUP_KEY soit ou non activé (ON). Si vous tentez de le faire, le Moteur de base de données affiche un message d'erreur. Les valeurs dupliquées doivent être supprimées pour qu'un index unique puisse être créé sur la ou les colonnes. Les colonnes utilisées dans un index unique doivent être définies avec la valeur NOT NULL, car plusieurs valeurs Null sont considérées comme des valeurs dupliquées lors de la création d'un index unique.

CLUSTERED

Crée un index dans lequel l'ordre logique des valeurs de clés détermine l'ordre physique des lignes correspondantes dans une table. Le niveau inférieur (ou feuille) de l'index cluster contient les lignes de données réelles de la table. Une table ou une vue ne peut avoir qu'un seul index cluster à la fois.

Une vue avec un index cluster unique est appelée une vue indexée. La création d'un index cluster unique sur une vue matérialise physiquement la vue. Un index cluster unique doit être créé sur une vue avant la définition de tout autre index sur cette même vue. Pour plus d’informations, consultez Créer des vues indexées.

Créez l'index cluster avant les index non cluster. Les index non cluster déjà existants sur les tables sont reconstruits lors de la création d'un index cluster.

Si CLUSTERED n’est pas spécifié, un index non cluster est créé.

Notes

Le niveau feuille d’un index cluster et les pages de données étant par définition identiques, la création d’un index cluster et l’utilisation de la clause ON partition_scheme_name ou ON filegroup_name déplace effectivement une table du groupe de fichiers dans lequel la table a été créée vers le nouveau schéma de partition ou le nouveau groupe de fichiers. Avant de créer des tables ou des index sur des groupes de fichiers spécifiques, vérifiez quels sont les groupes de fichiers disponibles et s'ils disposent de suffisamment d'espace vide pour l'index.

Dans certains cas, la création d'un index cluster peut activer les index précédemment désactivés. Pour plus d’informations, consultez Activer les index et contraintes et Désactiver les index et contraintes.

NONCLUSTERED

Crée un index qui spécifie l'ordre logique d'une table. Avec un index non cluster, l'ordre physique des lignes de données est indépendant de l'ordre indexé.

Chaque table peut comporter jusqu’à 999 index non-cluster, indépendamment de la façon dont les index sont créés : implicitement avec des contraintes PRIMARY KEY et UNIQUE ou explicitement avec CREATE INDEX.

Pour les vues indexées, les index non cluster peuvent être créés uniquement dans une vue ayant un index cluster unique déjà défini.

Sauf indication contraire, le type d’index par défaut est non-cluster.

index_name

Nom de l'index. Les noms d'index doivent être uniques dans une table ou une vue, mais ne doivent pas être nécessairement uniques dans une base de données. Les noms d’index doivent se conformer aux règles régissant les identificateurs.

column

Colonnes sur lesquelles l'index est basé. Spécifiez deux ou plusieurs noms de colonnes pour créer un index composite sur les valeurs combinées des colonnes spécifiées. Répertoriez les colonnes à inclure dans l’index composite, suivant l’ordre de priorité de tri, dans les parenthèses après table_or_view_name.

Vous pouvez combiner jusqu’à 32 colonnes dans une même clé d’index composite. Toutes les colonnes d'une clé d'index composite doivent se trouver dans la même table ou la même vue. La taille maximale autorisée pour les valeurs d’index combinées est de 900 octets pour un index cluster, ou de 1 700 pour un index non-cluster. Les limites sont de 16 colonnes et de 900 octets pour les versions antérieures à SQL Database et à SQL Server 2016 (13.x).

Les colonnes ayant les types de données LOB (Large OBject) ntext, text, varchar(max) , nvarchar(max) , varbinary(max) , xml ou image ne peuvent pas être spécifiées comme colonnes clés pour un index. De plus, une définition de vue ne peut pas contenir des colonnes ntext, text ou image, même si elles ne sont pas référencées dans l’instruction CREATE INDEX.

Vous pouvez créer des index sur des colonnes de type CLR défini par l'utilisateur si le type prend en charge le tri binaire. Vous pouvez également créer des index sur des colonnes calculées définies comme appels de méthodes d'une colonne de type défini par l'utilisateur, dès lors que les méthodes sont déterministes et n'exécutent pas des opérations d'accès aux données. Pour plus d’informations sur l’indexation des colonnes de types CLR définis par l’utilisateur, consultez Types CLR définis par l’utilisateur.

[ ASC | DESC ]

Détermine le sens croissant ou décroissant du tri d'une colonne d'index particulière. La valeur par défaut est ASC.

INCLUDE ( colonne [ , ... n ] )

Spécifie les colonnes non clés à ajouter au niveau feuille de l'index non cluster. L'index non cluster peut être unique ou non.

Les noms de colonne ne peuvent pas être répétés dans la liste INCLUDE et ne peuvent pas être utilisés simultanément comme colonnes clés et colonnes non clés. Les index non cluster contiennent toujours les colonnes de l'index cluster si un index cluster est défini sur la table. Pour plus d’informations, consultez Créer des index avec colonnes incluses.

Tous les types de données sont autorisés, à l'exception de text, ntext et image. L’index doit être créé ou reconstruit hors connexion (ONLINE = OFF) si l’une des colonnes non-clés spécifiées est du type de données varchar(max) , nvarchar(max) ou varbinary(max) .

Les colonnes calculées déterministes et précises ou imprécises peuvent être des colonnes incluses. Les colonnes calculées dérivées des types de données image, ntext, text, varchar(max) , nvarchar(max) , varbinary(max) et xml peuvent être incluses dans des colonnes non-clés dès lors que le type de données de la colonne calculée est autorisé comme colonne incluse. Pour plus d'informations, consultez Indexes on Computed Columns.

Pour plus d’informations sur la création d’un index XML, consultez CREATE XML INDEX.

WHERE <filter_predicate>

Crée un index filtré en spécifiant les lignes à inclure dans l'index. L'index filtré doit être un index non cluster sur une table. Crée des statistiques filtrées pour les lignes de données dans l'index filtré.

Le prédicat de filtre utilise une logique de comparaison simple et ne peut pas référencer une colonne calculée, une colonne UDT, une colonne de type de données spatiales ou une colonne de type de données hierarchyID. Les comparaisons à l’aide de littéraux NULL ne sont pas autorisées avec les opérateurs de comparaison. L’utilisation des opérateurs IS NULL et IS NOT NULL est préférable.

Voici quelques exemples de prédicats de filtre pour la table Production.BillOfMaterials :

WHERE StartDate > '20000101' AND EndDate <= '20000630'

WHERE ComponentID IN (533, 324, 753)

WHERE StartDate IN ('20000404', '20000905') AND EndDate IS NOT NULL

Les index filtrés ne s'appliquent pas aux index XML ni aux index de recherche en texte intégral. Pour les index UNIQUES, seules les lignes sélectionnées doivent avoir des valeurs d'index unique. Les index filtrés ne permettent pas d’utiliser l’option IGNORE_DUP_KEY.

ON partition_scheme_name ( column_name )

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2008) et Azure SQL Database.

Spécifie le schéma de partition qui définit les groupes de fichiers auxquels les partitions d'un index partitionné seront mappées. Le schéma de partition doit exister dans la base de données en exécutant soit CREATE PARTITION SCHEME, soit ALTER PARTITION SCHEME. column_name spécifie la colonne par rapport à laquelle un index partitionné sera partitionné. Cette colonne doit correspondre au type de données, à la longueur et à la précision de l’argument de la fonction de partition que partition_scheme_name utilise. column_name n’est pas limité aux colonnes de la définition d’index. Toute colonne de la table de base peut être spécifiée, sauf lors du partitionnement d’un index UNIQUE ; le nom de colonne column_name doit être choisi parmi les noms de colonnes utilisés comme clés uniques. Cette restriction permet au Moteur de base de données de vérifier l'unicité des valeurs de clés dans une seule partition uniquement.

Notes

Lorsque vous partitionnez un index cluster non unique, le Moteur de base de données ajoute par défaut la colonne de partitionnement à la liste des clés d'index cluster, si elle n'est pas déjà spécifiée. Lorsque vous partitionnez un index non cluster non unique, le Moteur de base de données ajoute la colonne de partitionnement sous la forme d'une colonne (incluse) non clé de l'index, si elle n'est pas déjà spécifiée.

Si partition_scheme_name ou filegroup n’est pas spécifié et que la table est partitionnée, l’index est placé dans le même schéma de partition que la table sous-jacente, en utilisant la même colonne de partitionnement.

Notes

Vous ne pouvez pas spécifier un schéma de partitionnement dans un index XML. Si la table de base est partitionnée, l'index XML utilise le même schéma de partition que la table.

Pour plus d’informations sur le partitionnement d’index, consultez Tables et index partitionnés.

ON filegroup_name

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2008)

Crée l'index spécifié dans le groupe de fichiers spécifié. Si aucun emplacement n'est défini et que la table ou la vue n'est pas partitionnée, l'index utilise le même groupe de fichiers que la table ou la vue sous-jacente. Le groupe de fichiers doit déjà exister.

ON " default "

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2008) et Azure SQL Database.

Crée l’index spécifié dans le même groupe de fichiers ou schéma de partition que la table ou la vue.

Le terme « default », dans ce contexte, n'est pas un mot clé. Il s’agit de l’identificateur du groupe de fichiers par défaut et il doit être délimité, comme dans ON "default" ou ON [default]. Si "default" est spécifié, l'option QUOTED_IDENTIFIER doit être activée (ON) pour la session active. Il s'agit du paramètre par défaut. Pour plus d’informations, voir SET QUOTED_IDENTIFIER.

Notes

« default » n’indique pas le groupe de fichiers de base de données par défaut dans le contexte de CREATE INDEX. Cela diffère de CREATE TABLE, où « default » localise la table dans le groupe de fichiers de base de données par défaut.

[ FILESTREAM_ON { filestream_filegroup_name | partition_scheme_name | "NULL" } ]

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2008)

Spécifie le positionnement de données FILESTREAM pour la table lorsqu'un index cluster est créé. La clause FILESTREAM_ON permet le déplacement des données FILESTREAM vers un schéma de partition ou un groupe de fichiers FILESTREAM différent.

filestream_filegroup_name est le nom d’un groupe de fichiers FILESTREAM. Le groupe de fichiers doit avoir un fichier défini pour le groupe de fichiers à l’aide d’une instruction CREATE DATABASE ou ALTER DATABASE ; dans le cas contraire, une erreur est générée.

Si la table est partitionnée, la clause FILESTREAM_ON doit être incluse et doit spécifier un schéma de partition de groupes de fichiers FILESTREAM qui utilise la même fonction de partition et les mêmes colonnes de partition que le schéma de partition de la table. Dans le cas contraire, une erreur est générée.

Si la table n'est pas partitionnée, la colonne FILESTREAM ne peut pas être partitionnée. Les données FILESTREAM de la table doivent être stockées dans un groupe de fichiers unique spécifié dans la clause FILESTREAM_ON.

FILESTREAM_ON NULL peut être spécifié dans une instruction CREATE INDEX si un index cluster est créé et si la table ne contient pas de colonne FILESTREAM.

Pour plus d’informations, consultez FILESTREAM (SQL Server).

<object>::=

Objet qualifié complet ou partiel à indexer.

database_name

Nom de la base de données.

schema_name

Nom du schéma auquel la table ou la vue appartient.

table_or_view_name

Nom de la table ou de la vue à indexer.

La vue doit être définie avec SCHEMABINDING pour pouvoir créer un index sur celle-ci. Un index cluster unique doit être créé sur une vue avant la création de tout index non cluster. Pour plus d'informations sur les vues indexées, consultez la section Remarques.

Depuis SQL Server 2016 (13.x), l’objet peut être une table stockée avec un index columnstore cluster.

Azure SQL Database prend en charge le format de nom en trois parties database_name.[schema_name].object_name quand database_name est la base de données active ou quand database_name est tempdb et que object_name commence par #.

<relational_index_option>::=

Spécifie les options à utiliser lorsque vous créez l'index.

PAD_INDEX = { ON | OFF }

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2008) et Azure SQL Database.

Spécifie le remplissage de l'index. La valeur par défaut est OFF.

ACTIVÉ
Le pourcentage d’espace libre indiqué par fillfactor est appliqué aux pages de niveau intermédiaire de l’index.

OFF ou fillfactor n’est pas spécifié
Les pages de niveau intermédiaire sont presque entièrement remplies, ce qui laisse suffisamment d'espace libre pour au moins une ligne de la taille maximale permise par l'index, en prenant en compte l'ensemble de clés sur les pages intermédiaires.

L’option PAD_INDEX est utile seulement si FILLFACTOR est spécifié, car PAD_INDEXutilise le pourcentage spécifié par FILLFACTOR. Si le pourcentage défini pour FILLFACTOR n'est pas suffisamment élevé pour autoriser une ligne, le Moteur de base de données remplace en interne le pourcentage de façon à ce qu'il autorise le minimum. Le nombre de lignes dans une page d’index intermédiaire n’est jamais inférieur à deux, quelle que soit la faiblesse de la valeur de fillfactor.

Dans la syntaxe à compatibilité descendante, WITH PAD_INDEX équivaut à WITH PAD_INDEX = ON.

FILLFACTOR = fillfactor

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2008) et Azure SQL Database.

Spécifie un pourcentage indiquant le taux de remplissage appliqué par le Moteur de base de données au niveau feuille de chaque page d'index lors de la création ou de la reconstruction de l'index. La valeur de fillfactor doit être une valeur entière comprise entre 1 et 100. Les taux de remplissage 0 et 100 sont identiques en tous points. Si fillfactor a la valeur 100, le Moteur de base de données crée des index avec des pages de niveau feuille intégralement remplies.

La valeur FILLFACTOR s’applique uniquement lors de la création ou de la reconstruction de l’index. Le Moteur de base de données ne conserve pas dynamiquement dans les pages le pourcentage d'espace libre défini.

Pour afficher le paramètre du facteur de remplissage, utilisez fill_factor dans sys.indexes.

Important

La création d’un index cluster avec un facteur de remplissage FILLFACTORinférieur à 100 affecte la quantité d’espace de stockage qu’occupent les données, car le Moteur de base de données redistribue les données quand il crée l’index cluster.

Pour plus d’informations, consultez Spécifier un facteur de remplissage pour un index.

SORT_IN_TEMPDB = { ON | OFF }

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2008) et Azure SQL Database.

Spécifie s’il faut stocker les résultats temporaires du tri dans tempdb. La valeur par défaut est OFF, sauf pour Azure SQL Database hyperscale. Pour toutes les opérations de création d’index dans Hyperscale, SORT_IN_TEMPDB est toujours ON quelle que soit l’option spécifiée, sauf si la regénération de l’index pouvant être reprise est utilisée.

ACTIVÉ
Les résultats intermédiaires du tri utilisés pour créer l’index sont stockés dans tempdb. Cela peut réduire le temps nécessaire pour créer un index si tempdb ne se trouve pas sur le même groupe de disques que la base de données utilisateur. Toutefois, une plus grande quantité d'espace disque est alors utilisée lors de la création de l'index.

OFF
Les résultats de tri intermédiaires sont stockés dans la même base de données que l'index.

En plus de l’espace nécessaire dans la base de données utilisateur pour créer l’index, tempdb doit disposer à peu près d’autant d’espace supplémentaire pour stocker les résultats intermédiaires du tri. Pour plus d’informations, consultez Option SORT_IN_TEMPDB pour les index.

Dans la syntaxe à compatibilité descendante, WITH SORT_IN_TEMPDB équivaut à WITH SORT_IN_TEMPDB = ON.

IGNORE_DUP_KEY = { ON | OFF }

Spécifie la réponse d'erreur lorsqu'une opération d'insertion essaie d'insérer des valeurs de clés en double dans un index unique. L’option IGNORE_DUP_KEY s’applique uniquement aux opérations d’insertion après la création ou la régénération de l’index. Cette option n’a aucun effet lors de l’exécution de CREATE INDEX, d’ALTER INDEX ou d’UPDATE. La valeur par défaut est OFF.

ACTIVÉ
Un message d'avertissement s'affichera lorsque des valeurs de clé en double sont insérées dans un index unique. Seules les lignes qui violent la contrainte d'unicité échouent.

OFF
Un message d'erreur s'affichera lorsque des valeurs de clé en double sont insérées dans un index unique. L'intégralité de l'opération INSERT sera restaurée.

IGNORE_DUP_KEY ne peut pas être défini sur ON pour les index créés sur une vue, les index non uniques, les index XML, les index spatiaux et les index filtrés.

Pour voir IGNORE_DUP_KEY, utilisez sys.indexes.

Dans la syntaxe à compatibilité descendante, WITH IGNORE_DUP_KEY équivaut à WITH IGNORE_DUP_KEY = ON.

STATISTICS_NORECOMPUTE = { ON | OFF}

Spécifie si les statistiques de distribution sont recalculées. La valeur par défaut est OFF.

ACTIVÉ
Les statistiques obsolètes ne sont pas recalculées automatiquement.

OFF
La mise à jour automatique des statistiques est activée.

Pour restaurer la mise à jour automatique des statistiques, affectez la valeur OFF à STATISTICS_NORECOMPUTE ou exécutez UPDATE STATISTICS sans la clause NORECOMPUTE.

Important

La désactivation du recalcul automatique des statistiques de distribution peut empêcher l'optimiseur de requête de sélectionner des plans d'exécution optimaux pour les requêtes qui impliquent la table.

Dans la syntaxe à compatibilité descendante, WITH STATISTICS_NORECOMPUTE équivaut à WITH STATISTICS_NORECOMPUTE = ON.

STATISTICS_INCREMENTAL = { ON | OFF }

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2014 (12.x)) et Azure SQL Database.

Si la valeur ON est définie, les statistiques sont créées par partition. Si la valeur est OFF, l’arborescence des statistiques est supprimée et SQL Server recalcule les statistiques. La valeur par défaut est OFF.

Si les statistiques par partition ne sont pas prises en charge, l'option est ignorée et un avertissement est généré. Les statistiques incrémentielles ne sont pas prises en charge pour les types de statistiques suivants :

  • statistiques créées avec des index qui ne sont pas alignés sur les partitions avec la table de base ;
  • statistiques créées sur les bases de données secondaires lisibles Always On ;
  • statistiques créées sur les bases de données en lecture seule ;
  • statistiques créées sur les index filtrés ;
  • statistiques créées sur les vues ;
  • statistiques créées sur les tables internes ;
  • Statistiques créées avec les index spatiaux ou les index XML.

DROP_EXISTING = { ON | OFF }

Option permettant de supprimer et de reconstruire l’index cluster ou non-cluster existant avec des spécifications de colonne modifiées, tout en conservant le même nom pour l’index. La valeur par défaut est OFF.

ACTIVÉ
Spécifie de supprimer (DROP) et de reconstruire (REBUILD) l’index existant, qui doit avoir le même nom que le paramètre index_name.

OFF
Spécifie de ne pas supprimer (DROP) et recréer (REBUILD) l’index existant. SQL Server affiche une erreur si le nom d’index spécifié existe déjà.

Avec DROP_EXISTING, vous pouvez changer :

  • Un index rowstore non-cluster en index rowstore cluster.

Avec DROP_EXISTING, vous ne pouvez pas changer :

  • Un index rowstore cluster en index rowstore non-cluster.
  • Un index columnstore cluster en n’importe quel type d’index rowstore.

Dans la syntaxe à compatibilité descendante, WITH DROP_EXISTING équivaut à WITH DROP_EXISTING = ON.

ONLINE = { ON | OFF }

Indique si les tables sous-jacentes et les index associés sont disponibles pour les requêtes et la modification de données pendant l'opération d'index. La valeur par défaut est OFF.

Important

Les opérations d’index en ligne ne sont pas disponibles dans toutes les éditions de MicrosoftSQL Server. Pour obtenir la liste des fonctionnalités prises en charge par les éditions de SQL Server, consultez Fonctionnalités prises en charge par les éditions de SQL Server 2016.

ACTIVÉ
Les verrous de table à long terme ne sont pas maintenus pendant la durée de l'opération d'index. Lors de la principale phase de l'indexation, seul le verrou de partage intentionnel (IS, Intent Share) est maintenu sur la table source. Ceci permet d'exécuter les requêtes ou les mises à jour dans la table sous-jacente et ses index. Au début de l'opération, un verrou partagé (S, Shared) est placé sur l'objet source pendant une période de temps très courte. À la fin de l’opération, pendant une courte période, un verrou S (partagé) est acquis sur la source si un index non-cluster est créé. Un verrou Sch-M (modification du schéma) est acquis quand un index cluster est créé ou supprimé en ligne et quand un index cluster ou non-cluster est reconstruit. ONLINE ne peut pas prendre la valeur ON si un index est en cours de création sur une table locale temporaire.

Notes

La création d’un index en ligne peut définir les options low_priority_lock_wait ; consultez, WAIT_AT_LOW_PRIORITY avec les opérations d’index en ligne.

OFF
Des verrous de table sont appliqués pendant l'opération d'indexation. Une opération d'indexation hors ligne qui crée, régénère ou supprime un index cluster, ou régénère ou supprime un index non cluster, acquiert un verrou de modification de schéma (Sch-M) sur la table. Cela empêche tous les utilisateurs d'accéder à la table sous-jacente pendant la durée de l'opération. Une opération d'indexation hors ligne qui crée un index non cluster acquiert un verrou partagé (S, Shared) sur la table. Cela empêche la mise à jour de la table sous-jacente, mais autorise les opérations de lecture, telles que des instructions SELECT.

Pour plus d'informations, consultez Perform Index Operations Online.

Les index, notamment les index portant sur des tables temporaires globales, ne peuvent pas être créés en ligne, à l’exception des cas suivants :

  • Index XML
  • Index de table temporaire locale
  • Index cluster unique de départ sur une vue
  • Index cluster désactivés
  • Index columnstore
  • Idex cluster si la table sous-jacente contient des types de données LOB (image, ntext, text) et des types de données spatiales
  • Les colonnes varchar(max) et varbinary(max) ne peuvent pas faire partie d’une clé d’index. Dans SQL Server (à compter de SQL Server 2012 (11.x)) et dans Azure SQL Database, quand une table contient des colonnes varchar(max) ou varbinary(max) , un index cluster contenant d’autres colonnes peut être généré ou régénéré à l’aide de l’option ONLINE.

Pour plus d’informations, consultez Fonctionnement des opérations d’index en ligne.

RESUMABLE = { ON | OFF}

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2019 (15.x)) et Azure SQL Database.

Spécifie si une opération d’index en ligne peut être reprise.

ACTIVÉ
L’opération d’index peut être reprise.

OFF
L’opération de l’index ne peut pas être reprise.

MAX_DURATION = time [MINUTES] utilisé avec RESUMABLE = ON (nécessite ONLINE = ON)

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2019 (15.x)) et Azure SQL Database.

Indique le temps (valeur entière spécifiée en minutes) pendant lequel une opération d’index en ligne pouvant être reprise est exécutée avant d’être mise en pause.

Important

Pour plus d’informations sur les opérations d’index pouvant être effectuées en ligne, consultez Instructions pour les opérations d’index en ligne.

Notes

Les régénérations d’index en ligne pouvant être reprise ne sont pas prises en charge sur les index columnstore.

ALLOW_ROW_LOCKS = { ON | OFF }

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2008) et Azure SQL Database.

Indique si les verrous de ligne sont autorisés ou non. La valeur par défaut est ON.

ACTIVÉ
Les verrous de ligne sont autorisés lors de l'accès à l'index. Le Moteur de base de données détermine le moment où les verrous de ligne sont utilisés.

OFF
Les verrous de ligne ne sont pas utilisés.

ALLOW_PAGE_LOCKS = { ON | OFF }

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2008) et Azure SQL Database.

Indique si les verrous de page sont autorisés. La valeur par défaut est ON.

ACTIVÉ
Les verrous de page sont autorisés lors de l'accès à l'index. Le Moteur de base de données détermine le moment où les verrous de page sont utilisés.

OFF
Les verrous de page ne sont pas utilisés.

OPTIMIZE_FOR_SEQUENTIAL_KEY = {ON | OFF }

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2019 (15.x)) et Azure SQL Database.

Spécifie s’il faut optimiser ou pas la contention d’insertion de la dernière page. La valeur par défaut est OFF. Pour plus d'informations, consultez la section Clés séquentielles .

MAXDOP = max_degree_of_parallelism

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2008) et Azure SQL Database.

Remplace l’option de configuration max degree of parallelism pendant la durée de l’opération d’index. Pour plus d’informations, consultez Configurer l’option de configuration du serveur max degree of parallelism. Utilisez MAXDOP pour limiter le nombre de processeurs utilisés dans une exécution de plan parallèle. Le nombre maximal de processeurs est égal à 64.

max_degree_of_parallelism peut avoir la valeur :

1
Supprime la création de plans parallèles.

>1
Limite le nombre maximal de processeurs utilisés dans l'indexation parallèle au nombre défini ou à un nombre inférieur en fonction de la charge de travail actuelle du système.

0 (valeur par défaut)
Utilise le nombre réel de processeurs ou un nombre de processeurs inférieur en fonction de la charge de travail actuelle du système.

Pour plus d’informations, consultez Configurer des opérations d’index parallèles.

Notes

Les opérations d’index parallèles ne sont pas disponibles dans toutes les éditions de MicrosoftSQL Server. Pour obtenir la liste des fonctionnalités prises en charge par les éditions de SQL Server, consultez Éditions et fonctionnalités prises en charge de SQL Server 2016 et Éditions et fonctionnalités prises en charge pour SQL Server 2017.

DATA_COMPRESSION

Spécifie l'option de compression de données pour l'index, le numéro de partition ou la plage de partitions spécifiés. Les options disponibles sont les suivantes :

Aucune
L'index ou les partitions spécifiées ne sont pas compressés.

ROW
L'index ou les partitions spécifiées sont compressés au moyen de la compression de ligne.

PAGE
L'index ou les partitions spécifiées sont compressés au moyen de la compression de page.

Pour plus d’informations sur la compression, consultez Compression des données.

ON PARTITIONS ( { <partition_number_expression> | <range> } [ , ...n ] )

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2008) et Azure SQL Database.

Spécifie les partitions auxquelles le paramètre DATA_COMPRESSION s’applique. Si l’index n’est pas partitionné, l’argument ON PARTITIONS génère une erreur. Si la clause ON PARTITIONS n’est pas fournie, l’option DATA_COMPRESSION s’applique à toutes les partitions d’un index partitionné.

<partition_number_expression> peut être spécifié des manières suivantes :

  • Spécifie le numéro d’une partition, par exemple : ON PARTITIONS (2).
  • Spécifie des numéros de partition pour plusieurs partitions individuelles séparées par des virgules, par exemple : ON PARTITIONS (1, 5).
  • Spécifiez à la fois des plages et des partitions individuelles, par exemple : ON PARTITIONS (2, 4, 6 TO 8).

<range> peut être spécifié sous la forme de numéros de partitions séparés par le mot TO, par exemple : ON PARTITIONS (6 TO 8).

Pour définir des types différents de compression de données pour des partitions différentes, spécifiez plusieurs fois l’option DATA_COMPRESSION, par exemple :

REBUILD WITH
(
  DATA_COMPRESSION = NONE ON PARTITIONS (1),
  DATA_COMPRESSION = ROW ON PARTITIONS (2, 4, 6 TO 8),
  DATA_COMPRESSION = PAGE ON PARTITIONS (3, 5)
);

Remarques

L’instruction CREATE INDEX est optimisée comme toute autre requête. Pour consommer moins de ressources sur les opérations d'E/S, le processeur de requêtes peut choisir d'analyser un autre index au lieu d'effectuer une analyse de la table. L'opération de tri peut être éliminée dans certains cas. Sur des ordinateurs multiprocesseurs, CREATE INDEX peut utiliser plusieurs processeurs pour exécuter les opérations d’analyse et de tri associées à la création de l’index, à l’instar des autres requêtes. Pour plus d’informations, consultez Configurer des opérations d’index parallèles.

L’opération CREATE INDEX peut être consignée dans un journal au minimum si le mode de récupération de base de données est défini sur Utilisant les journaux de transactions ou sur Simple.

Vous pouvez créer des index sur une table temporaire. Lorsque la table est supprimée ou que la session prend fin, les index sont supprimés.

Un index cluster peut être généré sur une variable de table lors de la création d’une clé primaire. Lorsque la requête est terminée ou que la session prend fin, l'index est déposé.

Les index prennent en charge les propriétés étendues.

Index cluster

La création d'un index cluster sur une table (segment de mémoire) ou la suppression et la recréation d'un index nécessite un espace de travail supplémentaire dans la base de données pour pouvoir y placer le tri des données et une copie temporaire de la table d'origine ou les données d'index cluster existantes. Pour plus d’informations sur les index cluster, consultez Créer un index cluster et le Guide de conception et d’architecture d’Index SQL Server.

Index non-cluster

Depuis SQL Server 2016 (13.x) et dans Azure SQL Database, vous pouvez créer un index non-cluster sur une table stockée sous la forme d’un index columnstore cluster. Si vous créez tout d’abord un index non-cluster sur une table stockée sous la forme d’un segment de mémoire ou d’un index cluster, l’index est conservé si, par la suite, vous convertissez la table en un index columnstore cluster. Il n’est pas non plus nécessaire de supprimer l’index non-cluster quand vous reconstruisez l’index columnstore cluster.

Limitations et restrictions :

  • L’option FILESTREAM_ON n’est pas valide quand vous créez un index non-cluster sur une table stockée sous la forme d’un index columnstore cluster.

Index uniques

Quand un index unique existe, le Moteur de base de données recherche les valeurs dupliquées chaque fois que des données sont ajoutées par des opérations d’insertion. Les opérations d'insertion qui génèrent des valeurs de clés dupliquées sont restaurées, et le Moteur de base de données affiche un message d'erreur. Ceci s'applique même si l'insertion modifie un grand nombre de lignes et ne génère qu'une seule valeur dupliquée. Si vous tentez d’entrer des données pour lesquelles il existe un index unique et que la clause IGNORE_DUP_KEY a la valeur ON, seules les lignes qui violent l’index UNIQUE échouent.

Index partitionnés

Les index partitionnés sont créés et gérés pratiquement comme des tables partitionnées, mais comme les index ordinaires, ils sont gérés sous forme d'objets de base de données distincts. Un index partitionné peut être créé sur une table non partitionnée, et une table partitionnée peut avoir un index non partitionné.

Si vous créez un index sur une table partitionnée et que ne spécifiez pas un groupe de fichiers pour y placer l'index, l'index est partitionné de la même manière que la table sous-jacente. Ceci s'explique par le fait que les index sont placés par défaut dans les mêmes groupes de fichiers que leurs tables sous-jacentes et, pour une table partitionnée, dans le même schéma de partition qui utilise les mêmes colonnes de partitionnement. Quand l’index utilise le même schéma de partition et la même colonne de partitionnement que la table, il est aligné sur la table.

Avertissement

La création et la reconstruction des index non alignés sur une table contenant plus de 1 000 partitions sont possibles, mais ne sont pas prises en charge. Ces opérations peuvent entraîner une dégradation des performances ou une consommation de mémoire excessive. Nous vous recommandons d'utiliser uniquement des index alignés lorsque le nombre de partitions est supérieur à 1000.

Lorsque vous partitionnez un index cluster non unique, le Moteur de base de données ajoute par défaut des colonnes de partitionnement à la liste des clés d'index cluster, si elles ne sont pas déjà spécifiées.

Vous pouvez créer des vues indexées sur des tables partitionnées, en appliquant la même procédure que celle utilisée pour les index sur des tables. Pour plus d’informations sur les index cluster, consultez Tables et index partitionnés et le Guide de conception et d’architecture d’Index SQL Server.

Dans SQL Server, les statistiques ne sont pas créées en analysant toutes les lignes de la table quand un index partitionné est créé ou reconstruit. Au lieu de cela, l'optimiseur de requête utilise l'algorithme d'échantillonnage par défaut pour générer des statistiques. Pour obtenir des statistiques sur les index partitionnés en analysant toutes les lignes de la table, utilisez CREATE STATISTICS ou UPDATE STATISTICS avec la clause FULLSCAN.

Index filtrés

Un index filtré est un index non cluster optimisé, approprié pour les requêtes qui sélectionnent un faible pourcentage de lignes d'une table. Il utilise un prédicat de filtre pour indexer une partie des données de la table. Un index filtré bien conçu peut améliorer les performances des requêtes, réduire les coûts de stockage et réduire les coûts de maintenance.

Options SET requises pour les index filtrés

Les options SET figurant dans la colonne Valeur requise sont requises chaque fois qu'une des conditions suivantes est vérifiée :

  • Vous créez un index filtré.

  • L'opération INSERT, UPDATE, DELETE ou MERGE modifie les données dans un index filtré.

  • L’index filtré est utilisé par l’optimiseur de requête pour générer le plan de requête.

    Options définies Valeur requise Valeur de serveur par défaut Default

    Valeur OLE DB et ODBC
    Default

    Valeur DB-Library
    ANSI_NULLS ACTIVÉ ACTIVÉ ACTIVÉ OFF
    ANSI_PADDING ACTIVÉ ACTIVÉ ACTIVÉ OFF
    ANSI_WARNINGS* ACTIVÉ ACTIVÉ ACTIVÉ OFF
    ARITHABORT ACTIVÉ ACTIVÉ OFF OFF
    CONCAT_NULL_YIELDS_NULL ACTIVÉ ACTIVÉ ACTIVÉ OFF
    NUMERIC_ROUNDABORT OFF OFF OFF OFF
    QUOTED_IDENTIFIER ACTIVÉ ACTIVÉ ACTIVÉ OFF
    • L'affectation de la valeur ON à ANSI_WARNINGS affecte de manière implicite la valeur ON à ARITHABORT, lorsque le niveau de compatibilité de la base de données est d'au moins 90. Si le niveau de compatibilité de la base de données est au maximum de 80, la valeur ON doit être affectée de manière explicite à l'option ARITHABORT.

Si les options SET sont incorrectes, les conditions suivantes peuvent se vérifier :

  • L'index filtré n'est pas créé.
  • Le Moteur de base de données génère une erreur et restaure les instructions INSERT, UPDATE DELETE ou MERGE qui modifient les données incluses dans l'index.
  • L'optimiseur de requête ne prend en compte l'index dans le plan d'exécution pour aucune instruction Transact-SQL.

Pour plus d’informations sur les index filtrés, consultez Créer des index filtrés et le Guide de conception et d’architecture d’Index SQL Server.

Index spatiaux

Pour plus d’informations sur les index spatiaux, consultez CREATE SPATIAL INDEX et Vue d’ensemble des index spatiaux.

Index XML

Pour plus d’informations sur les index XML, consultez CREATE XML INDEX et Index XML (SQL Server).

Taille de clé d'index

La taille maximale d’une clé d’index est de 900 octets pour un index cluster et de 1 700 octets pour un index non-cluster. (Avant SQL Database et SQL Server 2016 (13.x), la limite était toujours de 900 octets.) Vous pouvez créer des index qui dépassent la limite en octets sur des colonnes varchar si les données existantes des colonnes ne dépassent pas cette limite lors de la création de l’index. Cependant, les actions d’insertion ou de mise à jour suivantes sur les colonnes aboutissant à une taille totale supérieure à la limite échouent. La clé d’un index cluster ne peut pas contenir de colonnes varchar qui possèdent des données dans l’unité d’allocation ROW_OVERFLOW_DATA. Si un index cluster est créé sur une colonne varchar et que les données existantes se trouvent dans l’unité d’allocation IN_ROW_DATA, les actions d’insertion ou de mise à jour réalisées ultérieurement sur la colonne et susceptibles d’envoyer les données hors ligne sont vouées à l’échec.

Les index non cluster peuvent contenir des colonnes non-clés au niveau feuille de l'index. Le Moteur de base de données ne tient pas compte de ces colonnes lors du calcul de la taille de la clé d’index. Pour plus d’informations, consultez Créer des index avec colonnes incluses et le Guide de conception et d’architecture d’Index SQL Server.

Notes

Lorsque des tables sont partitionnées, si les colonnes de clé de partitionnement ne sont pas déjà présentes dans un index cluster non unique, elles sont ajoutées à l'index par le Moteur de base de données. La taille combinée des colonnes indexées (sans compter les colonnes incluses), plus toutes les colonnes de partitionnement ajoutées, ne peut pas dépasser 1800 octets dans un index cluster non unique.

Colonnes calculées

Des index peuvent être créés sur des colonnes calculées. En outre, les colonnes calculées peuvent avoir la propriété PERSISTED. Cela signifie que le Moteur de base de données stocke les valeurs calculées dans la table et qu'il les met à jour lorsque les autres colonnes dont dépendent les colonnes calculées sont mises à jour. Le Moteur de base de données utilise ces valeurs persistantes pour créer un index sur la colonne et lorsqu'une requête fait référence à l'index.

Pour qu’il soit possible de créer un index d’une colonne calculée, celle-ci doit être déterministe et précise. Cependant, l'utilisation de la propriété PERSISTED permet d'étendre le type des colonnes calculées indexables pour inclure :

  • les colonnes calculées basées sur les fonctions Transact-SQL et CLR, et les méthodes de type CLR définies par l'utilisateur que l'utilisateur marque comme étant déterministes ;
  • les colonnes calculées basées sur des expressions déterministes, comme défini par le Moteur de base de données, mais qui ne sont pas précises.

Les colonnes calculées persistantes nécessitent de définir les options SET ci-dessous, comme indiqué dans la section précédente Options SET requises pour les index filtrés.

La contrainte UNIQUE ou PRIMARY KEY peut contenir une colonne calculée dès lors qu'elle satisfait à toutes les conditions d'indexation. En particulier, la colonne calculée doit être déterministe et précise, ou déterministe et permanente. Pour plus d’informations sur le déterminisme, consultez Fonctions déterministes et non déterministes.

Les colonnes calculées dérivées des types de données image, ntext, text, varchar(max) , nvarchar(max) , varbinary(max) et xml peuvent être indexées comme colonnes clés ou comme colonnes non-clés incluses dès lors que le type de données de la colonne calculée est autorisé comme colonne clé d’index ou comme colonne non-clé incluse. Par exemple, vous ne pouvez pas créer un index XML primaire sur une colonne xml calculée. Si la taille de la clé d'index est supérieure à 900 octets, un message d'avertissement est affiché.

La création d'un index sur une colonne calculée peut provoquer l'échec d'une opération d'insertion ou de mise à jour qui fonctionnait auparavant. Ce type d'échec peut survenir lorsque la colonne calculée génère une erreur arithmétique. Par exemple, dans la table suivante, bien que la colonne calculée c retourne une erreur arithmétique, l’instruction INSERT fonctionne.

CREATE TABLE t1 (a INT, b INT, c AS a/b);
INSERT INTO t1 VALUES (1, 0);

Par contre, si après avoir créé la table, vous créez un index sur la colonne calculée c, la même instruction INSERT va échouer.

CREATE TABLE t1 (a INT, b INT, c AS a/b);
CREATE UNIQUE CLUSTERED INDEX Idx1 ON t1(c);
INSERT INTO t1 VALUES (1, 0);

Pour plus d'informations, consultez Indexes on Computed Columns.

Colonnes incluses dans les index

Des colonnes non clés, appelées colonnes incluses, peuvent être ajoutées au niveau feuille d'un index non cluster pour améliorer les performances d'une requête en couvrant la requête. En l'occurrence, toutes les colonnes référencées dans la requête sont incluses dans l'index sous forme de colonnes clés ou de colonnes non clés. Ainsi, l'optimiseur de requête peut rechercher toutes les informations nécessaires via une analyse de l'index ; il n'accède pas à la table, ni aux données de l'index cluster. Pour plus d’informations, consultez Créer des index avec colonnes incluses et le Guide de conception et d’architecture d’Index SQL Server.

Définition des options d'index

SQL Server 2005 (9.x) a introduit de nouvelles options d'index et modifié également la façon dont les options sont spécifiées. Dans la syntaxe à compatibilité descendante, WITH option_name équivaut à WITH (option_name = ON). Lorsque vous définissez les options d'index, les règles suivantes s'appliquent :

  • Les nouvelles options d’index peuvent être définies uniquement en utilisant WITH (<option_name> = <ON | OFF>).
  • Vous ne pouvez pas définir les options en utilisant la syntaxe de compatibilité descendante et la nouvelle syntaxe dans une même instruction. Par exemple, si vous spécifiez WITH (DROP_EXISTING, ONLINE = ON), l’instruction échoue.
  • Quand vous créez un index XML, les options doivent être définies en utilisant WITH (<option_name> = <ON | OFF>).

Clause DROP_EXISTING

Vous pouvez utiliser la clause DROP_EXISTING pour regénérer l’index, ajouter ou supprimer des colonnes, modifier des options, modifier l’ordre de tri des colonnes ou changer le schéma de partition ou le groupe de fichiers.

Si l'index applique une contrainte PRIMARY KEY ou UNIQUE et que sa définition n'est pas modifiée, l'index est supprimé et recréé en conservant la contrainte existante. Toutefois, si la définition de l'index est modifiée, l'instruction échoue. Pour changer la définition d'une contrainte PRIMARY KEY ou UNIQUE, supprimez la contrainte et ajoutez une contrainte avec la nouvelle définition.

DROP_EXISTING améliore les performances quand vous recréez un index cluster, avec le même groupe de clés ou un groupe de clés différent, sur une table qui contient également des index non-cluster. DROP_EXISTING remplace l’exécution d’une instruction DROP INDEX dans l’ancien index cluster, suivie de l’exécution d’une instruction CREATE INDEX pour le nouvel index cluster. Les index non cluster sont régénérés une fois, et ensuite seulement si la définition d'index est modifiée. La clause DROP_EXISTING ne regénère pas les index non-cluster quand la définition d’index porte le même nom d’index, a les mêmes colonnes clé et de partition, le même attribut d’unicité et le même ordre de tri que l’index d’origine.

Que les index non cluster soient régénérés ou non, ils restent toujours dans leur groupes de fichiers ou schémas de partition d'origine et utilisent les fonctions de partition d'origine. Si un index cluster est régénéré dans un groupe de fichiers ou un schéma de partition différent, les index non cluster ne sont pas déplacés pour coïncider avec le nouvel emplacement de l'index cluster. Par conséquent, même si les index non cluster ont été alignés sur l'index cluster, ils peuvent ne plus être alignés avec celui-ci. Pour plus d’informations sur les index partitionnés, consultez Index et tables partitionnés.

La clause DROP_EXISTING ne retrie pas les données si les mêmes colonnes de clé d’index sont utilisées dans le même ordre et avec le même ordre croissant ou descendant, sauf si l’instruction d’indexation spécifie un index non-cluster et que l’option ONLINE est désactivée (OFF). Si l’index cluster est désactivé, l’opération CREATE INDEX WITH DROP_EXISTING doit être exécutée avec l’option ONLINE désactivée (OFF). Si un index non-cluster est désactivé et n’est pas associé à un index cluster désactivé, l’opération CREATE INDEX WITH DROP_EXISTING peut être exécutée avec l’option ONLINE désactivée (OFF) ou activée (ON).

Notes

Lorsque des index avec 128 extensions ou plus sont supprimés ou régénérés, le Moteur de base de données diffère les désallocations de page réelles et leurs verrous associés jusqu'à la validation de la transaction.

Option ONLINE

Les instructions suivantes s'appliquent aux opérations d'indexation en ligne :

  • La table sous-jacente ne peut pas être modifiée, tronquée ou supprimée tant qu'une opération d'indexation en ligne est en cours.
  • Un espace disque temporaire supplémentaire est nécessaire au cours de l'opération d'indexation.
  • Des opérations en ligne peuvent être exécutées sur les index partitionnés et sur les index qui contiennent des colonnes calculées persistantes ou des colonnes incluses.
  • L’option d’argument low_priority_lock_wait vous permet de décider comment l’opération d’index peut continuer quand elle est bloquée sur le verrou Sch-M. Cela n’est pris en charge que dans Azure SQL Database et Azure SQL Managed Instance.

Pour plus d'informations, consultez Perform Index Operations Online.

Ressources

Les ressources suivantes sont requises pour l’opération de création d’index en ligne pouvant être reprise :

  • De l’espace supplémentaire nécessaire pour conserver l’index en cours de construction, y compris le temps lorsque l’index est en pause
  • Du débit de journal supplémentaire pendant la phase de tri. L’utilisation globale d’espace journal d’un index pouvant être repris est inférieure à celle de la création d’un index en ligne classique ; la troncature du journal est permise pendant cette opération.
  • Un état DDL empêchant toute modification DDL
  • Le nettoyage des éléments fantômes est bloqué sur l’index en génération pendant toute la durée de l’opération, qu’elle soit en pause ou en cours d’exécution.

Limitations fonctionnelles actuelles

Les fonctionnalités suivantes sont désactivées pour les opérations de création d’index pouvant être reprises :

  • Une fois l’opération de création d’index en ligne pouvant être reprise mise en pause, la valeur initiale de MAXDOP n’est plus modifiable.

  • Créez un index contenant :

    • la ou les colonnes calculées ou TIMESTAMP en tant que colonnes clés ;
    • la colonne LOB en tant que colonne incluse pour la création d’index pouvant être reprise.
    • Index filtré

Opérations d’index pouvant être reprises

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2019 (15.x)) et Azure SQL Database.

Les instructions suivantes s’appliquent aux opérations d’index pouvant être reprises :

  • La création d’index en ligne est spécifiée comme pouvant être reprise avec l’option RESUMABLE = ON.
  • L’option RESUMABLE n’est pas persistante dans les métadonnées d’un index donné et s’applique uniquement à la durée d’une instruction DDL actuelle. C’est pourquoi la clause RESUMABLE = ON doit être spécifiée explicitement pour permettre la reprise.
  • L’option MAX_DURATION n’est prise en charge que pour l’option RESUMABLE = ON.
  • MAX_DURATION pour l’option RESUMABLE spécifie l’intervalle de temps d’un index en cours de génération. Une fois ce délai écoulé, la génération d’index est mise en pause ou termine son exécution. L’utilisateur choisit quand reprendre la génération d’un index en pause. La durée en minutes de MAX_DURATION doit être supérieure à 0 minute et inférieur ou égale à une semaine (7 * 24 * 60 = 10080 minutes). Si la mise en pause d’une opération d’index est longue, les performances DML d’une table spécifique et la capacité de disque de la base de données risquent d’être impactées parce que les deux index, l’original et celui nouvellement créé, ont besoin d’espace disque et doivent être mis à jour au cours des opérations DML. Si l’option MAX_DURATION est omise, l’opération d’index se poursuit jusqu’à ce qu’elle se termine ou qu’une défaillance se produise.
  • Pour interrompre immédiatement l’opération d’index, vous pouvez arrêter (Ctrl-C) la commande en cours ou bien exécuter la commande ALTER INDEX PAUSE ou la command KILL <session_id>. Une commande en pause peut être reprise avec la commande ALTER INDEX.
  • Si l’instruction CREATE INDEX d’origine est réexécutée sur un index pouvant être repris, l’opération de création d’index en pause est automatiquement reprise.
  • L’option SORT_IN_TEMPDB = ON n’est pas prise en charge sur l’index pouvant être repris.
  • La commande DDL avec RESUMABLE = ON ne peut pas être exécutée dans une transaction explicite (ne peut pas faire partie du block begin TRAN ... COMMIT).
  • Pour reprendre/abandonner une création/regénération d’index, utilisez la syntaxe T-SQL ALTER INDEX.

Notes

La commande DDL s’exécute tant qu’elle n’a pas fini, n’est pas mise en pause ou n’a pas échoué. Si la commande est en pause, une erreur s’affiche indiquant que l’opération a été mise en pause et que la création d’index n’a pas été effectuée. Vous trouverez plus d’informations sur l’état d’index actuel dans sys.index_resumable_operations. Comme avant, en cas de défaillance, une erreur s’affiche également.

Pour indiquer qu’une création d’index est exécutée sous la forme d’une opération pouvant être reprise et pour connaître son état d’exécution actuel, voir sys.index_resumable_operations.

WAIT_AT_LOW_PRIORITY avec les opérations d’index en ligne

S’applique à : cette syntaxe pour CREATE INDEX s’applique à Azure SQL Database et Azure SQL Managed Instance uniquement. Pour ALTER INDEX, cette syntaxe s’applique à SQL Server (à compter de SQL Server 2014 (12.x)) et Azure SQL Database. Pour plus d’informations, consultez ALTER INDEX.

La syntaxe low_priority_lock_wait permet de spécifier le comportement de WAIT_AT_LOW_PRIORITY. WAIT_AT_LOW_PRIORITY peut être utilisé uniquement avec ONLINE=ON.

L’option WAIT_AT_LOW_PRIORITY permet aux administrateurs de base de données de gérer les verrous Sch-S et Sch-M requis pour la création d’index en ligne, et permet de sélectionner une des 3 options. Dans les 3 cas, si aucune activité n’est bloquante pendant le temps d’attente MAX_DURATION = n [minutes], la reconstruction d’index en ligne est exécutée immédiatement, sans attendre, et l’instruction DDL est effectuée.

WAIT_AT_LOW_PRIORITY indique que l’opération de création de l’index en ligne doit attendre les verrous de basse priorité, en permettant à d’autres opérations de continuer pendant que l’opération de construction de l’index en ligne est en train de patienter. Omettre l’option WAIT AT LOW PRIORITY équivaut à WAIT_AT_LOW_PRIORITY (MAX_DURATION = 0 minutes, ABORT_AFTER_WAIT = NONE).

MAX_DURATION = time [MINUTES]

Temps d’attente (valeur entière spécifiée en minutes) pendant lequel les verrous de création d’index en ligne devront attendre avec une basse priorité lors de l’exécution de la commande DDL. Si l’opération est bloquée pendant la durée MAX_DURATION, l’action ABORT_AFTER_WAIT spécifiée est exécutée. La durée MAX_DURATION est toujours spécifiée en minutes, et le mot MINUTES peut être omis.

ABORT_AFTER_WAIT = [NONE | SELF | BLOCKERS } ]

Aucune
Continuez à attendre le verrou avec la priorité normale.

SELF
Quittez l’opération DDL de création de l’index en ligne exécutée, sans effectuer aucune action. L’option SELF ne peut pas être utilisée avec une durée MAX_DURATION égale à 0.

BLOCKERS
Annulez toutes les transactions utilisateur qui bloquent l'opération DDL de reconstruction de l'index en ligne afin que l'opération puisse continuer. L’option BLOCKERS nécessite que la connexion ait une autorisation ALTER ANY CONNECTION.

Options de verrous de ligne et de page

Lorsque ALLOW_ROW_LOCKS = ON et ALLOW_PAGE_LOCK = ON, les verrous au niveau de la ligne, de la page et de la table sont autorisés au moment où vous accédez à l’index. Le Moteur de base de données choisit le verrou approprié et peut promouvoir un verrou de ligne ou de page en verrou de table.

Lorsque ALLOW_ROW_LOCKS = OFF et ALLOW_PAGE_LOCK = OFF, seul un verrou au niveau de la table est autorisé au moment où vous accédez à l’index.

Clés séquentielles

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2019 (15.x)) et Azure SQL Database.

La contention de l’insertion de la dernière page est un problème de performances courant qui se produit lorsqu’un grand nombre de threads simultanés tentent d’insérer des lignes dans un index avec une clé séquentielle. Un index est considéré comme séquentiel lorsque la colonne clé principale contient des valeurs qui augmentent (ou diminuent) toujours, par exemple une colonne d’identité ou une date correspondant par défaut à la date/heure actuelle. Étant donné que les clés insérées sont séquentielles, toutes les nouvelles lignes seront insérées à la fin de la structure d’index - en d’autres termes, sur la même page. Cela conduit à une contention de la page en mémoire qui peut être observée comme plusieurs threads en attente sur PAGELATCH_EX de la page en question.

L’activation de l’option d’index OPTIMIZE_FOR_SEQUENTIAL_KEY active une optimisation dans le moteur de base de données qui vous aide à améliorer le débit pour les insertions de haute concurrence dans l’index. Elle est conçue pour les index qui ont une clé séquentielle et sont susceptibles d’engendrer des contentions d’insertion de la dernière page, mais elle peut être également utile avec les index qui ont des zones réactives dans d’autres zones de la structure d’index B-Tree.

Affichage des informations sur les index

Pour retourner des informations sur les index, vous pouvez utiliser des affichages catalogue, des fonctions système et des procédures stockées système.

Data Compression

La compression de données est décrite dans la rubrique Compression de données. Voici les points clés à prendre en compte :

  • La compression permet de stocker un plus grand nombre de lignes dans une page, mais ne modifie pas la taille maximale des lignes.
  • Les pages non-feuille d'un index ne sont pas compressées par le biais de la compression de page, mais par le biais de la compression de ligne.
  • Chaque index non cluster dispose d'un paramètre de compression individuel et n'hérite pas du paramètre de compression de la table sous-jacente.
  • Lorsqu'un index cluster est créé sur un segment de mémoire, l'index cluster hérite de l'état de compression du segment, à moins qu'un autre état de compression soit spécifié.

Les restrictions suivantes s'appliquent aux index partitionnés :

  • Vous ne pouvez pas modifier le paramètre de compression d'une partition unique si la table possède des index non alignés.
  • La syntaxe ALTER INDEX <index> ... REBUILD PARTITION ... reconstruit la partition spécifiée de l’index.
  • La syntaxe ALTER INDEX <index> ... REBUILD WITH ... reconstruit toutes les partitions de l’index.

Pour évaluer la façon dont la modification de l’état de compression affecte une table, un index ou une partition, utilisez la procédure stockée sp_estimate_data_compression_savings .

Autorisations

Nécessite l’autorisation ALTER sur la table ou la vue, ou l’appartenance au rôle de base de données fixe db_ddladmin.

Limitations et restrictions

Dans Azure Synapse Analytics et Analytics Platform System (PDW), vous ne pouvez pas créer :

  • Un index rowstore cluster ou non-cluster sur une table d’entrepôt de données quand il existe déjà un index columnstore. Ce comportement est différent de SQL Server SMP qui permet à des index rowstore et columnstore de coexister sur la même table.
  • Vous ne pouvez pas créer un index sur une vue.

Métadonnées

Pour afficher des informations sur les index existants, vous pouvez interroger la vue de catalogue sys.indexes.

Notes de version

SQL Database ne prend pas en charge les options filegroup et filestream.

Exemples : Toutes les versions. Utilise la base de données AdventureWorks

R. Créer un index rowstore non-cluster simple

Les exemples suivants créent un index non-cluster sur la colonne VendorID de la table Purchasing.ProductVendor.

CREATE INDEX IX_VendorID ON ProductVendor (VendorID);
CREATE INDEX IX_VendorID ON dbo.ProductVendor (VendorID DESC, Name ASC, Address DESC);
CREATE INDEX IX_VendorID ON Purchasing..ProductVendor (VendorID);

B. Créer un index composite rowstore non-cluster simple

L’exemple suivant crée un index composite non-cluster sur les colonnes SalesQuota et SalesYTD de la table Sales.SalesPerson.

CREATE NONCLUSTERED INDEX IX_SalesPerson_SalesQuota_SalesYTD ON Sales.SalesPerson (SalesQuota, SalesYTD);

C. Créer un index sur une table dans une autre base de données

L’exemple suivant crée un index cluster sur la colonne VendorID de la table ProductVendor dans la base de données Purchasing.

CREATE CLUSTERED INDEX IX_ProductVendor_VendorID ON Purchasing..ProductVendor (VendorID);

D. Ajouter une colonne à un index

L’exemple suivant crée un index IX_FF avec deux colonnes à partir de la table dbo.FactFinance. L’instruction suivante reconstruit l’index avec une colonne supplémentaire et conserve le nom existant.

CREATE INDEX IX_FF ON dbo.FactFinance (FinanceKey ASC, DateKey ASC);

-- Rebuild and add the OrganizationKey
CREATE INDEX IX_FF ON dbo.FactFinance (FinanceKey, DateKey, OrganizationKey DESC)
  WITH (DROP_EXISTING = ON);

Exemples : SQL Server, Azure SQL Database

E. Créer un index non-cluster unique

L'exemple suivant crée un index non cluster unique sur la colonne Name de la table Production.UnitMeasure dans la base de données AdventureWorks2012. L'index applique la contrainte d'unicité sur les données insérées dans la colonne Name.

CREATE UNIQUE INDEX AK_UnitMeasure_Name
  ON Production.UnitMeasure(Name);

La requête suivante teste la contrainte d'unicité en tentant d'insérer une ligne avec une valeur existant dans une autre ligne.

-- Verify the existing value.
SELECT Name FROM Production.UnitMeasure WHERE Name = N'Ounces';
GO

INSERT INTO Production.UnitMeasure (UnitMeasureCode, Name, ModifiedDate)
  VALUES ('OC', 'Ounces', GETDATE());

Le message d'erreur retourné est :

Server: Msg 2601, Level 14, State 1, Line 1
Cannot insert duplicate key row in object 'UnitMeasure' with unique index 'AK_UnitMeasure_Name'. The statement has been terminated.

F. Utiliser l’option IGNORE_DUP_KEY

L'exemple suivant montre l'effet de l'option IGNORE_DUP_KEY en insérant plusieurs lignes dans une table temporaire avec cette option d'abord définie sur ON, puis sur OFF. Une ligne est insérée dans la table #Test pour créer intentionnellement une valeur dupliquée lorsque la deuxième instruction INSERT, qui va insérer plusieurs lignes, est exécutée. Un compteur de lignes de la table retourne le nombre de lignes insérées.

CREATE TABLE #Test (C1 NVARCHAR(10), C2 NVARCHAR(50), C3 DATETIME);
GO

CREATE UNIQUE INDEX AK_Index ON #Test (C2)
  WITH (IGNORE_DUP_KEY = ON);
GO

INSERT INTO #Test VALUES (N'OC', N'Ounces', GETDATE());
INSERT INTO #Test SELECT * FROM Production.UnitMeasure;
GO

SELECT COUNT(*) AS [Number of rows] FROM #Test;
GO

DROP TABLE #Test;
GO

Voici les résultats de la deuxième instruction INSERT.

Server: Msg 3604, Level 16, State 1, Line 5 Duplicate key was ignored.

Number of rows
--------------
38

Notez que les lignes insérées depuis la table Production.UnitMeasure qui ne violent pas la contrainte d'unicité ont été correctement insérées. Un avertissement est émis, et la ligne dupliquée est ignorée ; l'ensemble de la transaction n'a pas été restauré.

Les mêmes instructions sont exécutées de nouveau, mais avec IGNORE_DUP_KEY défini sur OFF.

CREATE TABLE #Test (C1 NVARCHAR(10), C2 NVARCHAR(50), C3 DATETIME);
GO

CREATE UNIQUE INDEX AK_Index ON #Test (C2)
  WITH (IGNORE_DUP_KEY = OFF);
GO

INSERT INTO #Test VALUES (N'OC', N'Ounces', GETDATE());
INSERT INTO #Test SELECT * FROM Production.UnitMeasure;
GO

SELECT COUNT(*) AS [Number of rows] FROM #Test;
GO

DROP TABLE #Test;
GO

Voici les résultats de la deuxième instruction INSERT.

Server: Msg 2601, Level 14, State 1, Line 5
Cannot insert duplicate key row in object '#Test' with unique index
'AK_Index'. The statement has been terminated.

Number of rows
--------------
1

Notez qu'aucune des lignes de la table Production.UnitMeasure n'a été insérée dans la table, alors qu'une seule ligne de la table a violé la contrainte UNIQUE de l'index.

G. Utilisation de DROP_EXISTING pour supprimer et recréer un index

L'exemple suivant supprime et recrée un index existant sur la colonne ProductID de la table Production.WorkOrder dans la base de données AdventureWorks2012 avec l'option DROP_EXISTING. Les options FILLFACTOR et PAD_INDEX sont également définies.

CREATE NONCLUSTERED INDEX IX_WorkOrder_ProductID
  ON Production.WorkOrder(ProductID)
    WITH (FILLFACTOR = 80,
      PAD_INDEX = ON,
      DROP_EXISTING = ON);
GO

H. Créer un index sur une vue

L'exemple suivant crée une vue et un index sur cette vue. Deux requêtes sont incluses, lesquelles utilisent la vue indexée.

-- Set the options to support indexed views
SET NUMERIC_ROUNDABORT OFF;
SET ANSI_PADDING, ANSI_WARNINGS, CONCAT_NULL_YIELDS_NULL, ARITHABORT,
  QUOTED_IDENTIFIER, ANSI_NULLS ON;
GO

-- Create view with schemabinding
IF OBJECT_ID ('Sales.vOrders', 'view') IS NOT NULL
  DROP VIEW Sales.vOrders;
GO

CREATE VIEW Sales.vOrders
  WITH SCHEMABINDING
AS
  SELECT SUM(UnitPrice * OrderQty * (1.00 - UnitPriceDiscount)) AS Revenue,
    OrderDate, ProductID, COUNT_BIG(*) AS COUNT
  FROM Sales.SalesOrderDetail AS od, Sales.SalesOrderHeader AS o
  WHERE od.SalesOrderID = o.SalesOrderID
  GROUP BY OrderDate, ProductID;
GO

-- Create an index on the view
CREATE UNIQUE CLUSTERED INDEX IDX_V1
  ON Sales.vOrders (OrderDate, ProductID);
GO

-- This query can use the indexed view even though the view is
-- not specified in the FROM clause.
SELECT SUM(UnitPrice * OrderQty * (1.00 - UnitPriceDiscount)) AS Rev,
  OrderDate, ProductID
FROM Sales.SalesOrderDetail AS od
  JOIN Sales.SalesOrderHeader AS o ON od.SalesOrderID = o.SalesOrderID
    AND ProductID BETWEEN 700 AND 800
    AND OrderDate >= CONVERT(DATETIME, '05/01/2002', 101)
GROUP BY OrderDate, ProductID
ORDER BY Rev DESC;
GO

-- This query can use the above indexed view
SELECT OrderDate, SUM(UnitPrice * OrderQty * (1.00 - UnitPriceDiscount)) AS Rev
FROM Sales.SalesOrderDetail AS od
  JOIN Sales.SalesOrderHeader AS o ON od.SalesOrderID = o.SalesOrderID
    AND DATEPART(mm, OrderDate) = 3
  AND DATEPART(yy, OrderDate) = 2002
GROUP BY OrderDate
ORDER BY OrderDate ASC;
GO

I. Créer un index avec des colonnes (non-clés) incluses

L'exemple suivant crée un index non cluster avec une colonne clé (PostalCode) et quatre colonnes non clés (AddressLine1, AddressLine2, City, StateProvinceID). Une requête couverte par l'index suit. Pour afficher l’index sélectionné par l’optimiseur de requête, dans le menu Requête de SQL Server Management Studio, sélectionnez Inclure le plan d’exécution réel avant d’exécuter la requête.

CREATE NONCLUSTERED INDEX IX_Address_PostalCode
  ON Person.Address (PostalCode)
  INCLUDE (AddressLine1, AddressLine2, City, StateProvinceID);
GO

SELECT AddressLine1, AddressLine2, City, StateProvinceID, PostalCode
FROM Person.Address
WHERE PostalCode BETWEEN N'98000' and N'99999';
GO

J. Créer un index partitionné

L'exemple suivant crée un index partitionné non cluster sur TransactionsPS1, un schéma de partition existant dans la base de données AdventureWorks2012. Cet exemple suppose que l'exemple d'index partitionné a été installé.

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2008) et Azure SQL Database.

CREATE NONCLUSTERED INDEX IX_TransactionHistory_ReferenceOrderID
  ON Production.TransactionHistory (ReferenceOrderID)
  ON TransactionsPS1 (TransactionDate);
GO

K. Création d'un index filtré

L'exemple suivant crée un index filtré sur la table Production.BillOfMaterials dans la base de données AdventureWorks2012. Le prédicat de filtre peut inclure des colonnes qui ne sont pas des colonnes clés dans l'index filtré. Dans cet exemple, le prédicat sélectionne uniquement les lignes où EndDate n'est pas NULL.

CREATE NONCLUSTERED INDEX "FIBillOfMaterialsWithEndDate"
  ON Production.BillOfMaterials (ComponentID, StartDate)
  WHERE EndDate IS NOT NULL;

L. Créer un index compressé

L'exemple ci-dessous illustre la création d'un index sur une table non partitionnée à l'aide de la compression de ligne.

CREATE NONCLUSTERED INDEX IX_INDEX_1
  ON T1 (C2)
  WITH (DATA_COMPRESSION = ROW);
GO

L'exemple ci-dessous illustre la création d'un index sur une table partitionnée à l'aide de la compression de ligne sur toutes les partitions de l'index.

CREATE CLUSTERED INDEX IX_PartTab2Col1
  ON PartitionTable1 (Col1)
  WITH (DATA_COMPRESSION = ROW);
GO

L'exemple ci-dessous illustre la création d'un index sur une table partitionnée à l'aide de la compression de page sur la partition 1 de l'index et à l'aide de la compression de ligne sur les partitions 2 à 4 de l'index.

CREATE CLUSTERED INDEX IX_PartTab2Col1
  ON PartitionTable1 (Col1)
  WITH (
    DATA_COMPRESSION = PAGE ON PARTITIONS(1),
    DATA_COMPRESSION = ROW ON PARTITIONS (2 TO 4)
  );
GO

M. Créer, reprendre, suspendre et abandonner des opérations d’index pouvant être reprises

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2019 (15.x)) et Azure SQL Database.

-- Execute a resumable online index create statement with MAXDOP=1
CREATE INDEX test_idx1 ON test_table (col1) WITH (ONLINE = ON, MAXDOP = 1, RESUMABLE = ON);

-- Executing the same command again (see above) after an index operation was paused, resumes automatically the index create operation.

-- Execute a resumable online index creates operation with MAX_DURATION set to 240 minutes. After the time expires, the resumable index create operation is paused.
CREATE INDEX test_idx2 ON test_table (col2) WITH (ONLINE = ON, RESUMABLE = ON, MAX_DURATION = 240);

-- Pause a running resumable online index creation
ALTER INDEX test_idx1 ON test_table PAUSE;
ALTER INDEX test_idx2 ON test_table PAUSE;

-- Resume a paused online index creation
ALTER INDEX test_idx1 ON test_table RESUME;
ALTER INDEX test_idx2 ON test_table RESUME;

-- Abort resumable index create operation which is running or paused
ALTER INDEX test_idx1 ON test_table ABORT;
ALTER INDEX test_idx2 ON test_table ABORT;

N. CREATE INDEX avec différentes options de verrouillage de basse priorité

Les exemples suivants utilisent l’option WAIT_AT_LOW_PRIORITY pour spécifier différentes stratégies de traitement des blocages.

--Kill this session after waiting 5 minutes
CREATE CLUSTERED INDEX idx_1 ON dbo.T2 (a) WITH (ONLINE = ON (WAIT_AT_LOW_PRIORITY (MAX_DURATION = 5 MINUTES, ABORT_AFTER_WAIT = SELF)));
GO
--Kill blocker sessions
CREATE CLUSTERED INDEX idx_1 ON dbo.T2 (a) WITH (ONLINE = ON (WAIT_AT_LOW_PRIORITY (MAX_DURATION = 5 MINUTES, ABORT_AFTER_WAIT = BLOCKERS)));
GO

L’exemple suivant utilise l’option RESUMABLE et spécifie deux valeurs MAX_DURATION ; la première s’applique à l’option ABORT_AFTER_WAIT, la seconde à l’option RESUMABLE.

--With resumable option; default locking behavior 
CREATE CLUSTERED INDEX idx_1 ON dbo.T2 (a) WITH (ONLINE = ON (WAIT_AT_LOW_PRIORITY (MAX_DURATION = 5 MINUTES, ABORT_AFTER_WAIT = NONE)), RESUMABLE = ON, MAX_DURATION = 240 MINUTES);

Exemples : Azure Synapse Analytics et Analytics Platform System (PDW)

O. Syntaxe de base

Créer, reprendre, suspendre et abandonner des opérations d’index pouvant être reprises

S’applique à : SQL Server (à compter de SQL Server 2019 (15.x)) et Azure SQL Database.

-- Execute a resumable online index create statement with MAXDOP=1
CREATE INDEX test_idx ON test_table WITH (ONLINE = ON, MAXDOP = 1, RESUMABLE = ON);

-- Executing the same command again (see above) after an index operation was paused, resumes automatically the index create operation.

-- Execute a resumable online index creates operation with MAX_DURATION set to 240 minutes. After the time expires, the resumable index create operation is paused.
CREATE INDEX test_idx ON test_table WITH (ONLINE = ON, RESUMABLE = ON, MAX_DURATION = 240);

-- Pause a running resumable online index creation
ALTER INDEX test_idx ON test_table PAUSE;

-- Resume a paused online index creation
ALTER INDEX test_idx ON test_table RESUME;

-- Abort resumable index create operation which is running or paused
ALTER INDEX test_idx ON test_table ABORT;

P. Créer un index non-cluster sur une table de la base de données active

L’exemple suivant crée un index non-cluster sur la colonne VendorID de la table ProductVendor.

CREATE INDEX IX_ProductVendor_VendorID
  ON ProductVendor (VendorID);

Q. Créer un index cluster sur une table dans une autre base de données

L’exemple suivant crée un index non-cluster sur la colonne VendorID de la table ProductVendor dans la base de données Purchasing.

CREATE CLUSTERED INDEX IX_ProductVendor_VendorID
  ON Purchasing..ProductVendor (VendorID);

R. Créer un index cluster ordonné sur une table

L’exemple suivant crée un index composite cluster ordonné sur les colonnes c1 et c2 de la table T1 dans la base de données MyDB.

CREATE CLUSTERED COLUMNSTORE INDEX MyOrderedCCI ON MyDB.dbo.T1 
ORDER (c1, c2);

S. Convertir un index columnstore cluster en index cluster ordonné sur une table

L’exemple suivant convertit l’index columnstore cluster existant en index columnstore cluster ordonné appelé MyOrderedCCI sur les colonnes c1 et c2 de la table T2 dans la base de données MyDB.

CREATE CLUSTERED COLUMNSTORE INDEX MyOrderedCCI ON MyDB.dbo.T2
ORDER (c1, c2)
WITH (DROP_EXISTING = ON);

Voir aussi